Transport aérien

Aigle Azur : quatorze offres de reprise déposées

Un airbus A330 d'Aigle Azur.

Un airbus A330 d'Aigle Azur. © DR

Air France figure parmi les repreneurs potentiels d'Aigle Azur. La deuxième compagnie aérienne française a été placée en redressement judiciaire vendredi 5 septembre. En Algérie, 11 000 passagers dont le vol a été annulé sont toujours dans l'attente de solutions de rapatriement.

Quatorze offres ont été déposées pour la reprise de la compagnie aérienne française Aigle Azur, a-t-on appris ce lundi, à l’issue d’une rencontre entre le secrétaire d’État aux Transports français, Jean-Baptiste Djebbari, et les représentants du personnel de la compagnie spécialiste des liaisons aériennes entre la France et l’Algérie.

« Deux offres principales ont été évoquées pendant la durée de la réunion », a confirmé le président du Syndicat national des pilotes de ligne Aigle Azur, Martin Surzur. « Nous en aurons le détail cet après-midi pendant la séance du CE (comité d’entreprise) extraordinaire », a-t-il ajouté, précisant que les repreneurs pourront « surenchérir » mardi et mercredi.

Parmi les candidats, Air France a confirmé à l’AFP avoir déposé une offre, sans en donner la teneur. Raphaël Caccia, secrétaire de la branche transport du syndicat français CFDT, a évoqué de son côté deux offres partielles, l’une du groupe Dubreuil, propriétaire majoritaire d’Air Caraïbes et l’autre de Lu Azur, dirigée par Gérard Houa, déjà actionnaire d’Aigle Azur à hauteur de 20 %.

Côté algérien, le site d’information TSA indiquait hier, que selon son PDG Bekhouche Allache, la compagnie nationale Air Algérie était aussi intéressée par la reprise d’Aigle Azur, mais la décision finale de candidater revenait à l’État.

Pas les moyens de dédommager

Au total, quatorze offres ont donc été déposées, selon la CFDT, dont certaines, comme celles des compagnies « low cost » EasyJet et Vueling, ne seraient que des « déclarations d’intention ». L’ancien PDG de Hop ! (groupe Air France) Lionel Guérin figure parmi ceux qui ont déposé une offre, de même source. Toujours selon la CFDT, les offres les plus détaillées présentées lundi demandent une liquidation d’Aigle Azur au tribunal avec apurement des dettes à la clé.

Selon les syndicats, le tribunal de commerce devrait se prononcer sur une offre lundi prochain. En revanche, pas d’information nouvelle concernant le dédommagement et le rapatriement des 13 000 passagers de la compagnie (11 000 sont en Algérie), dont les vols de retour vers la France ont été annulé vendredi 6 septembre, avec l’annonce du placement en redressement judiciaire de l’entreprise.

« Vous serez contraint d’acquérir un autre billet retour. La situation financière de la société ne permet pas d’espérer un dédommagement rapide. Les procédures devront être engagées par les organes de la procédure à cet effet »(sic), indique le site internet de la compagnie.

Employant quelque 1 150 personnes, dont 800 en France et 350 en Algérie, la compagnie Aigle Azur a cessé tous ses vols. Avec ses onze avions, le groupe a transporté 1,88 million de passagers en 2018, année pendant laquelle elle a réalisé un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte