Banque

Le kényan Equity Bank va racheter BCDC, la deuxième banque de RDC

Le siège de la BCDC au cœur de Kinshasa.

Le siège de la BCDC au cœur de Kinshasa. © Joseph Moura pour JA

Cette transaction devrait faire d’Equity Bank Group, numéro deux au Kenya, la deuxième banque de la RDC.

Equity Bank Group a annoncé ce lundi 9 septembre avoir conclu « un accord non contraignant avec certains actionnaires de la Banque Commerciale du Congo (BCDC) » pour le rachat d’une participation majoritaire, en espèces, de cet établissement. Le montant de l’offre n’a pas été rendu public.

Si les actionnaires contactés par Equity Bank n’ont pas été dévoilés, il est à noter que le capital de BCDC est détenu majoritairement par les Forrest, une famille d’origine belge installée dans le pays depuis des décennies. À la fin 2017, George Arthur Forrest et sa famille détenaient 66,5 % de la banque, contre 25,5 % pour l’État congolais. BCDC est piloté depuis une quinzaine d’années par le belge Yves Cuypers, passé par la banque banque d’affaires de La Belgolaise, à Bruxelles.

Si elle était confirmée, la cession de BCDC interviendrait après une séquence mouvementée pour les actionnaires de la banque qui, selon l’ONG américaine The Sentry, avait été approchés il y a quelques années, par Kwanza Capital, une société réputée proche de la famille de l’ex-président Joseph Kabila, a rapporté Jeune Afrique en mai dernier. L’offre de rachat de 50 millions de dollars avait été jugée insuffisante par les Forrest.

Pionnier de la banque mobile

Pour Equity Bank, dirigé par James Mwangi, l’un des pionniers de la banque mobile en Afrique, le rachat de BCDC marquerait une remarquable montée en puissance en RDC. « La transaction, si elle est réalisée, fera de Equity Bank la deuxième plus grande banque de la RDC après Rawbank », explique l’analyste George Bodo, ancien directeur de la recherche sur le secteur bancaire à Ecobank.

Equity Bank est en effet déjà présent sur le marché congolais, avec la reprise en mai 2015 de Procredit Bank Congo, pour environ 40 millions de dollars. Le groupe a maintenu aux commandes de cette filiale Celestin Mukeba Muntuabu, vétéran de l’ex-ProCredit Bank Congo.

Prévue en cas de réussite de l’offre de rachat, la fusion de BCDC (873 millions de dollars d’actifs fin 2018) et de Equity Bank Congo (570 millions), rapprocherait le groupe kényan du leader Rawbank (1,68 milliard).

Revue de performances

En outre, l’opération renforcerait significativement le poids de la RDC dans les opérations d’Equity Bank Group. Sa filiale de Kinshasa est déjà la deuxième du groupe – derrière le Kenya – en termes de bilan, de dépôts et de réseau, devant la Tanzanie et l’Ouganda. Elle est cependant moins performante en termes de rentabilité et d’efficacité opérationnelle. Elle affichait, au premier semestre 2019, un rendement des capitaux propres moyens de 17,9 % contre 28,9 % au Kenya, 23 % en Ouganda. Son ratio coûts sur revenus reste particulièrement élevé à 70,9 %, contre 44,9 % au Kenya et 62,4 % en Ouganda.

Pour sa part BCDC affichait des indicateurs d’efficacité et de rentabilité plus proches de Equity Bank Congo : 17,6 % de rendement sur fonds propres et un coefficient d’exploitation de 70 %.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte