Banque commerciale

Tunisie : dans l’affaire de la BFT, des actifs de la banque publique STB sont saisis à Paris

Bureaux de Banque franco-tunisienne (BFT). © Ashoola/CC/WikimediaCommons

L’affaire de la Banque franco-tunisienne (BFT) n’en finit pas de connaître des rebondissements. Le 28 août, un notaire de Paris, au nom du groupe ABCI Investments qui revendique le contrôle de la BFT, a procédé à la saisie conservatoire des actifs de la Société tunisienne de banque (STB, actionnaire de la Banque franco-tunisienne) au siège français de la Tunisian Foreign Bank (TF Bank).

« C’est incompréhensible ! L’affaire de la BFT oppose l’État tunisien via la BFT à ABCI. Nous n’avons rien à voir là-dedans. Et puis, pourquoi s’en prendre à notre participation dans la TF Bank ? Et pourquoi ne pas saisir directement la part de l’État qui est aussi actionnaire direct de la banque ? Nous avons déjà lancé les procédures pour lever cette saisie conservatoire qui n’a aucun fondement », s’emporte Ridha Arfaoui, directeur commercial de la banque publique STB, à Jeune Afrique.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte