Politique

Côte d’Ivoire : à un an de la présidentielle, un gouvernement très politique

Le gouvernement ivoirien nommé le 4 septembre 2019

Le gouvernement ivoirien nommé le 4 septembre 2019 © DR / Presidence de la République ivoirienne

41 ministres, sept secrétaires d’État, 10 entrants, un seul ministre sortant… À treize mois de la présidentielle, Amadou Gon Coulibaly a façonné un exécutif de campagne. Analyse.   

Exceptionnellement, le Conseil des ministres s’est tenu un jeudi. Ce 5 septembre, les 48 heureux élus étaient convoqués à la présidence. Photo de famille, petit mot du Premier ministre puis déclaration du président, la rentrée s’est faite en douceur. C’est pourtant une année chargée et décisive qui attend cette équipe mise sur pied à treize mois de la prochaine présidentielle.

Premier ministre depuis janvier 2017, Amadou Gon Coulibaly en reste le chef. Lui qui est pressenti pour être le candidat du parti présidentiel s’est façonné une équipe sur mesure. Un remaniement en forme de petit réaménagement, plus qu’une grande refonte.

« Une équipe politicienne »

« C’est un gouvernement de combat et de mission », explique-t-on à la présidence. « Un exécutif de campagne », pourfend-on dans les rangs de l’opposition, qui souligne une nouvelle augmentation du nombre de ses membres. Le nouveau gouvernement compte en effet 41 ministres et sept secrétaires d’État aujourd’hui, contre 36 ministres et cinq secrétaires d’État jusque là, et 28 ministres et un secrétaire d’État dans le premier gouvernement Gon Coulibaly formé en janvier 2017.

Très politique, ce gouvernement l’est même trop, selon les détracteurs du pouvoir en place. « Il ne vise en aucun cas l’efficacité. Ce n’est qu’une équipe politicienne. Amadou Gon Coulibaly a placé ses futurs directeurs départementaux de campagne dans de confortables ministères. Ils seront chargés de travailler pour lui, pas pour le pays », estime Moussa Touré, directeur de la communication de Guillaume Soro, ex-allié d’Alassane Ouattara passé à l’opposition.

« Nous voulons un gouvernement 100% RHDP »

S’il grossit en taille, ce nouveau gouvernement resserre les rangs. Mi-juillet, annonçant un remaniement à la rentrée, Alassane Ouattara avait promis qu’aucun ministre ne perdrait sa place. C’est pourtant le cas. Seul véritable sortant – le second, Adama Koné, quitte le gouvernement pour devenir ministre auprès du président de la République chargé des Affaires économiques et financières –, Mamadou Sangafowa Coulibaly paye sa proximité avec Guillaume Soro.

Le désormais ex-ministre de l’Agriculture et du Développement rural entretenait en outre des relations difficiles avec Amadou Gon Coulibaly, originaire comme lui de Korhogo. « Il y avait un problème de loyauté, dit-on à la présidence.  Nous voulons un gouvernement 100% RHDP. »

Amadou Gon Coulibaly, le Premier ministre ivoirien. © Jacques Torregano/CEO FORUM/J.A.

La plupart des caciques du régime gardent leur rang et leur grade. Numéro deux du gouvernement, Hamed Bakayoko reste au ministère de la Défense. Autre membre du premier cercle du président, Marcel Amon-Tanoh garde les Affaires étrangères et reste numéro trois.

Mabri Toikeusse, l’allié du l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) est numéro quatre, à la tête de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Alain-Richard Donwahi aux Eaux et forêts, Kobenan Kouassi Adjoumani à l’Agriculture et au Développement durable…plusieurs transfuges du Parti démocratique du Côte d’Ivoire (PDCI) conservent également un maroquin.

Quadriller le territoire

Le ministère de l’Intérieur, lui, disparaît pour être scindé en deux maroquins. Sidiki Diakité garde l’Administration du territoire et de la Décentralisation « afin de se concentrer sur ces enjeux majeurs en vue de la présidentielle », explique-t-on au palais. La Sécurité et la Protection civile sont confiées à l’ex-chef d’État major particulier d’Alassane Ouattara, le général Vagondo Diomandé, un fidèle parmi les fidèles du président, alors que des alertes sécuritaires ont eu lieu en 2017, lors des mutineries.

Au total, dix personnalités font leur entrée. « De vieux routiers ou d’illustres inconnus du grand public », dit une personnalité de l’opposition. Au sein du pouvoir, on défend une volonté de quadriller au plus près le territoire national. « Plusieurs présidents de région font leur entrée, dans des zones où nous étions plus faibles », explique un ministre. Philippe Legré, nommé secrétaire d’État auprès du ministre des Transports chargé des Affaires maritimes, est le président du Gbôklé, région du sud-ouest ivoirien d’où est également originaire Alain Lobognon, une des puissantes personnalités de l’entourage de Guillaume Soro.

« Nous avons également voulu intensifier nos efforts dans certains secteurs sociaux. D’où la création de secrétariats d’État ou d’un poste de ministre chargé des grands projets confié à Claude Isaac Dé », explique la présidence ivoirienne. Alors que le Président ivoirien a demandé à son équipe de travailler sans relâche, le Premier ministre a instruit son équipe de son concentrer sur ces thèmes. En charge de la mise en œuvre d’un vaste programme social, Amadou Gon Coulibaly sait qu’il est très attendu sur ces questions. Les critiques sur le pouvoir d’achat et les conditions de vie des Ivoiriens ont été vives ces dernières années : nul doute qu’à un an de la présidentielle, ces sujets seront au cœur de la campagne.

Favori d’Alassane Ouattara pour représenter le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) à la présidentielle d’octobre 2020, le Premier ministre peine encore à convaincre de sa capacité à l’emporter. Au sein même de son parti, on s’inquiète de son manque de popularité dans le pays. « Ça ne prend pas… », regrette un ministre. Sera-t-il choisi par le chef de l’État ? Ses résultats durant les prochains mois seront décisifs.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte