Religion

Le Pape rencontre le président Filipe Nyusi à Maputo

L'arrivée du Pape François à Maputo, le 4 septembre 2019 © Ben Curtis/AP/SIPA

Arrivé mercredi soir à Maputo, le Pape François doit s'entretenir ce jeudi avec le président Nyusi, un mois après la signature d'un accord de paix historique entre le gouvernement et les anciens rebelles de la Renamo.

La visite du pape dans l’ex-colonie portugaise à majorité chrétienne, dans le sud-est de l’Afrique, intervient un mois après la signature d’un traité de paix  entre le gouvernement de Maputo et la Renamo, ancienne rébellion devenue le principal parti d’opposition au Mozambique. Une guerre civile avait pris fin voici 27 ans, mais la Renamo n’avait jamais désarmé.

Dans un message vidéo en portugais destiné aux Mozambicains, le chef des 1,3 milliard de catholiques de la planète, figure morale internationale, a déjà appelé à renforcer « la réconciliation fraternelle au Mozambique et en Afrique, seule espérance pour une paix solide et durable ».

Il débute jeudi sa journée par une rencontre privée avec le président Filipe Nyusi, qui souhaite briguer un deuxième mandat lors d’une élection prévue le 15 octobre. Les deux hommes s’étaient déjà rencontrés voici un an au Vatican.

Maison de la paix

Filipe Nyusi était revenu début juillet pour une visite cette fois en Italie, prenant le temps de venir saluer les dirigeants de la Communauté Sant’Egidio qui avaient hébergé à Rome des négociations ayant conduit à la paix dans le pays en 1992.

« C’est la maison de la paix et du Mozambique », avait-il loué, à propos de cette communauté catholique laïque italienne influente, souvent impliquée dans des médiations informelles de paix en Afrique. Elle s’occupe aussi depuis 2002 au Mozambique d’un programme d’aide aux malades du sida et aux séropositifs, dont un dispensaire sera montré vendredi au pape.

Le pape ne se rendra pas pour des questions logistiques à Beira (centre), la deuxième ville du pays balayée en mars par le cyclone Idai, qui a fait 600 morts et des centaines de milliers de sans-abri. Six mois après, nombre de sinistrés manquent d’un toit et de nourriture.

« Même si je ne peux pas aller au-delà de la capitale, mon cœur vous rejoint et vous embrasse tous, avec une place spéciale pour ceux qui vivent dans la difficulté », leur a-t-il dit, en amont du voyage.

Jorge Bergoglio, qui a côtoyé les bidonvilles d’Argentine, entend afficher sa proximité avec les jeunes du pays, de toutes confessions, qu’il rencontrera en fin de matinée.

Accueil chaleureux

François pourrait aussi s’exprimer sur l’urgence climatique, un thème au cœur de l’actualité pour le souverain pontife qui organise en octobre une réunion mondiale d’évêques à Rome consacrée à l’Amazonie, vitale pour la planète et malmenée par les incendies.

Selon la Banque mondiale, le Mozambique, avec ses plus de 2.000 km de côtes le long de l’océan Indien, figure dans la liste des dix pays de la planète les plus menacés par les conséquences du changement climatique.

Le « pape des pauvres », qui effectue du 4 au 10 septembre son deuxième voyage pontifical en Afrique subsaharienne, se rendra aussi à Madagascar où la déforestation commence à être préoccupante, et terminera sa visite par Maurice.

Pour marquer la venue exceptionnelle du pape au Mozambique, le gouvernement a consacré environ 300.000 euros aux préparatifs, une somme qui a permis de remettre en état la cathédrale de Maputo et des rues de la capitale. Le stade Zimpeto, où François doit célébrer une messe vendredi, est fin prêt.

Arrivé mercredi soir à Maputo, le pape a été accueilli par des danses traditionnelles à l’aéroport et salué par des milliers d’habitants venus l’apercevoir sur sa papamobile en chantant « Vive notre pape François ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte