Diplomatie

Congo-Brazzaville : Denis Sassou Nguesso à l’Élysée pour parler climat

Emmanuel Macron avec Denis Sassou Nguesso et Jean-Yves Le Drian, durant leur rencontre du sommet de l’OIF à Erevan, le 12 octobre 2018. © DR

Denis Sassou Nguesso et Emmanuel Macron tiendront le 3 septembre leur premier tête-à-tête à Paris. À l'heure où l'Amazonie brûle, l'environnement et le climat seront au cœur des discussions entre les deux chefs d'État.

Le président congolais Denis Sassou Nguesso sera reçu le 3 septembre à Paris par Emmanuel Macron, dans le cadre d’une visite de travail de trois jours, à l’invitation de son homologue français.

Les deux chefs d’État, qui s’étaient déjà entretenu en marge du sommet de la Francophonie à Erevan, en octobre 2018, et se parlent régulièrement au téléphone, se retrouveront pour la première fois à l’Élysée – et cette fois en tête-à-tête. La signature le 11 juillet d’un accord entre le Congo et le FMI, en faveur duquel la France a œuvré, a sans nul doute favorisé ce rendez-vous, mais c’est un autre dossier auquel Emmanuel Macron tient particulièrement qui s’invitera en priorité et à sa demande à la table des discussions : l’environnement et le climat.

Poumon écologique

En tant que président de la Commission Climat du bassin du Congo et du Fonds bleu pour le bassin du Congo, Denis Sassou Nguesso joue le rôle de porte-parole du « deuxième poumon écologique du monde » – ce qui, à l’heure où les forêts d’Amazonie brûlent, est loin de laisser indifférente la partie française.

En marge de cette visite, outre des accords bilatéraux concernant la santé et l’éducation, un protocole de coopération devrait donc être signé entre les ministres de l’Environnement des deux pays sur le renforcement de la capacité des cadres, le développement durable, la gestion des aires protégées, l’écotourisme et la protection de cet immense réservoir de carbone que sont les tourbières du Nord-Congo.

La Libye au menu

Autres sujets vraisemblablement abordés entre Emmanuel Macron et Denis Sassou Nguesso : la situation en Libye (DSN préside le comité de haut niveau de l’Union africaine sur ce pays) et en Centrafrique, ainsi que l’état des lieux politique du Congo, à l’avant-veille de l’élection présidentielle de mars 2021.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte