Économie

L’explosion urbaine de l’Afrique s’accélère

Selon les projections des Nations unies, d’ici à 2050 le Nigeria devrait accueillir 212 millions d’urbains supplémentaires, tandis que la RD Congo, l’Éthiopie et la Tanzanie en accueilleront chacun 50 millions de plus sur la même période.

Par
Mis à jour le 17 juillet 2014 à 18:03

Avec Le Caire et Kinshasa, la capitale nigériane Lagos (photo) est une des trois villes africaines comptant plus de 10 millions d’habitants. DR

Le département des affaires économiques et sociales de l’ONU vient de publier son nouveau rapport sur l’urbanisation dans le monde, dans lequel il dresse les grandes tendances pour les années à venir. Selon ses estimations, 2,5 milliards de personnes supplémentaires devraient vivre dans les zones urbaines d’ici à 2050. La proportion de la population vivant dans les villes atteint d’ores et déjà 54 % à travers le monde.

D’ici à 2030, Dar-es-Salaam, Johannesburg et Luanda devraient passer le cap des 10 millions d’habitants.

Urbanisation galopante

Si l’Afrique reste rurale, avec encore 60% de la population vivant dans les campagnes, elle s’urbanise plus vite que les autres régions du monde et devrait, selon les prospectives de l’ONU être urbanisée à 56% en 2050.

Avec l’Asie, le continent africain rassemble les agglomérations qui croissent le plus vite. Il s’agit des villes moyennes de moins d’un million d’habitants. Pour l’heure, les seules mégalopoles – plus de 10 millions d’habitants – que compte l’Afrique sont le Caire, Kinshasa et Lagos.

Mais d’ici à 2030, trois villes supplémentaires devraient émerger et venir s’ajouter à ce palmarès : Dar-es-Salaam en Tanzanie, Johannesburg en Afrique du Sud et Luanda en Angola devraient en effet dépasser le cap des 10 millions d’habitants.

 Selon l’ONU, d’ici à 2050, les plus importantes hausses de populations urbaines devraient se produire au Nigeria (+ 212 millions d’habitants), suivi de la RD Congo, de l’Éthiopie et de la Tanzanie qui accueilleront chacune 50 millions d’urbains supplémentaires sur la même période.

Tendances régionales

Si aucune logique globale ne semble se dégager à l’échelle du continent, des tendances régionales assez fortes sont néanmoins observables. Les perspectives de croissance urbaine les plus importantes concernent l’Afrique de l’Est qui devrait passer d’un taux d’urbanisation de 25 % aujourd’hui à 44 % d’ici à 2050 et l’Afrique de l’Ouest qui passerait de 44 % à 63 % sur la même période.

Le Nigeria et l’Éthiopie sont les pays africains qui compte la plus forte proportion de population rurale avec respectivement 95 millions d’habitants et 78 millions d’habitants. Dans ces pays, l’urbanisation devrait connaître une croissance considérable dans les années à venir.

 

Lire aussi:

Il faut réinventer la ville africaine

L’Afrique face au défi de la santé urbaine

Dakar : le fossé entre banlieue et centre-ville se creuse

Dossier urbanisme : le béton et l’humain