Économie

Addoha va refinancer sa dette à hauteur de 180 millions d’euros

Le marocain Groupe Addoha va lancer le 23 juillet une procédure de refinancement de sa dette à hauteur de 2 milliards de dirhams (près de 180 millions d’euros). BMCE Capital est l’arrangeur de cette opération.

Par
Mis à jour le 18 juillet 2014 à 11:52

Anas Sefrioui est le PDG de Groupe Addoha. © Alexandre Dupeyron/JA

La société Douja Promotion Groupe Addoha, s’apprête à lancer, du 23 au 25 juillet prochain, un emprunt obligataire d’un montant de 2 milliards de dirhams (178 millions d’euros). L’opération, qui a reçu le visa du Conseil déontologique des valeurs mobilières, le régulateur de la Bourse de Casablanca, consiste en l’émission de 20 000 obligations d’une valeur nominale de 100 000 dirhams, indique le communiqué de presse du CDVM [PDF].

Ces obligations, reparties en quatre tranches négociables de gré à gré ou à la bourse de Casablanca, ont une maturité de huit ans et portent un taux d’intérêt révisable de 4,76 % (pour les tranches A et B) et fixe de 5,55% pour les tranches C et D. Il s’agit pour le groupe marocain « d’opérer un reprofilage de l’encours de sa dette privée », selon la note d’information diffusée par Addoha.

Rachat d’obligations

En effet, la souscription à ces obligations est réservée premièrement – et par ordre de priorité – aux détenteurs des obligations émises lors de l’emprunt obligataire de 2 milliards de dirhams lancé par Addoha en juillet 2010 (« Investisseurs I ») et qui arrivent à maturité en août 2015 ; puis aux détenteurs des billets de trésorerie émis par le groupe marocain en juillet 2013 pour un total de 1 milliard de dirhams (« Investisseurs II ») ; et enfin aux investisseurs agréés sur le marché marocain.

Lire aussi : 

Anas Sefrioui : « Le potentiel du marché africain est gigantesque »

Maroc : la lutte pour l’Afrique de Addoha et Alliances

Maroc : d’une pierre deux coups, la stratégie d’Anas Sefrioui

Maroc : face à la crise immobilière, Addoha parie sur les logements sociaux

« Les Investisseurs I et les Investisseurs II souhaitant souscrire à l’emprunt obligataire seront invités, détaille le document de présentation du groupe marocain, à participer à une opération d’échange qui se traduira par un rachat par la société Douja promotion Groupe Addoha d’obligations existantes et/ou de billets de trésorerie existants, ce rachat étant conditionné par la souscription d’un même nombre de titres dans le cadre de l’emprunt obligataire dont l’émission est envisagée ».

Projets

Détenu à 56,56 % par la famille de l’homme d’affaires marocain Anas Sefrioui, Groupe Addoha – nom commercial de Douja Promotion Groupe Addoha S.A. – qui rassemble plus de 26 sociétés actives dans l’immobilier au Maroc principalement mais aussi au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Congo et en Guinée, figure au 143e rang du classement 2014 des 500 premières entreprises africaines publié par Jeune Afrique, elle occupe le 36e rang en Afrique du Nord et la 13e position au Maroc.

Le groupe a enregistré un chiffre d’affaires de 9,451 milliards de dirhams (1,14 milliards de dollars) au 31 décembre 2013, pour un résultat net part de 1,681 milliards de dirhams (203 millions de dollars).

Durant l’année écoulée, Addoha a procédé au lancement de huit nouveaux projets de logements sociaux au Maroc et a poursuivi des programmes de construction portant sur près de 23 740 logements en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Cameroun et en République du Congo. Le groupe a également procédé à la signature d’autres conventions d’investissement avec les autorités du Niger et du Sénégal (5 000 logements dans chacun de ces pays) ainsi que celles du Mali et du Ghana (10 000 logements). En mai dernier, c’est avec le Tchad qu’Addoha a signé un accord portant sur la construction de 15 000 logements.