Dossier

Cet article est issu du dossier «Agriculture : graines d'avenir»

Voir tout le sommaire
SOMDIAA
Société

[Tribune] Afrique : terres d’opportunités

Par

Ibrahim Thiaw est Secrétaire général adjoint des Nations unies et Secrétaire exécutif de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD)

Un homme marche à travers une serre dans un centre d'apprentissage des techniques agricoles durables en Ouganda, en 2017.

Un homme marche à travers une serre dans un centre d'apprentissage des techniques agricoles durables en Ouganda, en 2017. © Adelle Kalakouti/AP/SIPA

L’équation est aussi simple à poser qu’elle est complexe à résoudre : comment nourrir le milliard et demi d’Africains d’ici 2050, tout en préservant les équilibres écologiques, condition sine qua non de stabilité économique, politique et sociale ? L’Afrique doit pouvoir transformer ces défis en opportunités.

Désertification, dégradation des terres, changements climatiques. Pour les jeunes des cités, les commerçantes des marchés, ou encore les coiffeurs de quartiers, il s’agit d’une litanie de termes techniques au contenu abscons, souvent associés aux catastrophes naturelles. Usités lorsque les sécheresses déciment les troupeaux, dévastent les champs, affaissent les courbes de croissance économique. Ou lorsque les jeunes, désœuvrés, incapables de produire sur des terres ancestrales désormais infertiles, n’ont plus d’autres choix que de migrer vers les villes, les pays voisins, ou de plus en plus loin…

Vicieuse et silencieuse tel un cancer, pernicieuse et aussi destructrice qu’un violent tsunami, la dégradation des terres infecte les organes de nos sociétés et ronge la moelle de nos économies. La dégradation des ressources végétales et l’érosion de cette fine couche de sol qui nous nourrit conduisent à des conflits de plus en plus meurtriers entre usagers des terres : éleveurs / agriculteurs ; ruraux / citadins ; jeunes / anciens. L’Afrique de l’Est souffre déjà d’une promiscuité aiguë sur des collines jadis vertes, aujourd’hui largement glabres. L’Afrique du Nord étouffe sous des conflits sous-jacents entre montagnards et habitants des plaines. Le Sahel vit une situation déjà explosive.

La terre nourrit les peuples. Certaines régions du monde, comme c’est largement le cas de l’Afrique, ont une dépendance linéaire à la terre : production / autoconsommation. Peu ou pas de réserve alimentaire. Tout accident, toute pénurie due à des intempéries ou des infestations zoologiques conduisent à des crises aiguës et à une recrudescence des appels humanitaires.

Wangari Maathai disait : « Plantons des arbres, et les racines de notre avenir s’enfonceront dans le sol et une canopée de l’espoir s’élèvera vers le ciel »

Transformer les défis en opportunité

L’équation est aussi simple à poser qu’elle est complexe à résoudre : comment nourrir le milliard et demi d’Africains d’ici 2050 (deux milliards prévus à la fin du siècle), tout en préservant les équilibres écologiques, condition sine qua non de stabilité économique, politique et sociale ? Plus nous détruisons nos forêts, plus nous épuisons nos réserves en eau. Plus nous étendons l’exploitation agricole et/ou pastorale sur des terres fragiles et marginales, plus nous intensifions les risques de conflits liés à l’accès aux terres et à l’eau. Abattre les derniers spécimens d’arbustes dans le Sahara ou le Kalahari revient à intensifier érosion des sols et déstabilisation des dunes de sables, entraînant des maladies hydriques ou des infections respiratoires dues aux aérosols. Une quadrature du cercle.

Toutefois, l’Afrique doit pouvoir transformer ces défis en opportunités. Avec ses 700 millions d’hectares de terres dégradées prêtes à être restaurées et remises en état de production pour nourrir sa population, c’est le continent qui offre le plus grand potentiel de développement. Cette dynamique pourra créer un cercle vertueux avec la création d’entreprises, de millions d’emplois verts fournissant de nouveaux moyens de subsistance, ouvrant ainsi des perspectives heureuses à une jeunesse vibrante et soucieuse de son développement et de son environnement.

Les terres représentent une ressource fondamentale et sont un élément de la solution au défi climatique

Quoi de plus rentable, économiquement et socialement, que de ressusciter des espaces apparemment perdus, d’y faire croître des variétés de plantes et d’espèces à même de favoriser le développement économique et générer des revenus pour les femmes, les jeunes et la société dans son ensemble ? Rappelons que chaque dollar investi dans la récupération de terres dégradées rapporte cinq dollars de services écosystémiques. L’investissement dans la terre, s’il est effectué avec intelligence, peut constituer un formidable levier économique.

Comme le préconise l’ONU, il importe de mettre en œuvre des politiques qui favorisent la gestion durable des terres. Ce faisant, nous garantirons la sécurité alimentaire, maintiendrons le carbone dans les sols, réduisant ainsi les émissions de gaz à effet de serre et luttant contre les changements climatiques. Et selon le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) : c’est chose possible. Les terres représentent une ressource fondamentale et sont un élément de la solution au défi climatique.

Plusieurs pays africains montrent l’exemple en matière de bonnes pratiques

La révolution technologique dans le domaine de l’énergie devrait surtout bénéficier au monde rural. L’Afrique doit saisir l’opportunité qu’offre l’énergie renouvelable (notamment le solaire). De nouvelles formes d’accès à l’énergie renouvelable permettront d’alimenter des centres de production et de transformation des produits ruraux, créant ainsi de nouvelles opportunités d’entreprenariat et réduisant ces énormes pertes après-récolte qui plombent l’économie rurale africaine.

À la veille de la tenue en septembre prochain de la Conférence des Parties de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre sur la désertification (New Delhi), et du Sommet Action Climat 2019 (New York), plusieurs pays africains montrent l’exemple au reste d’un monde en matière de bonnes pratiques de restauration et de gestion durable des terres. La lutte contre les changements climatiques, le combat pour le développement et l’atteinte des objectifs du développement durable ne seront réalisés qu’en mieux gérant notre patrimoine le plus cher : notre terre nourricière.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte