Économie

Sogea-Satom décroche un contrat de 75 millions d’euros au Cameroun

Sogea-Satom, filiale de Vinci Construction spécialisée dans le BTP en Afrique, a décroché le marché de la réhabilitation et de l’aménagement de la pénétrante Ouest de Douala, la capitale économique du Cameroun.

Par
Mis à jour le 18 juillet 2014 à 15:33

Douala est la capitale économique du Cameroun. © Wikimedia Commons

Après avoir obtenu en 2013 la construction du second pont sur le Wouri (à Douala), Sogea-Satom a décroché cette semaine un contrat pour des travaux sur la pénétrante Ouest de la capitale économique du pays. D’après l’entreprise française de BTP, contactée par Jeune Afrique, ce contrat s’élèverait à 51 milliards de F CFA (75 millions d’euros). Son concurrent Razel avait remporté un contrat similaire en 2013 concernant la pénétrante Est de la ville.

Travaux

Lire aussi :

Cameroun : de l’inertie à la mobilité

Cameroun : les grands chantiers prennent (enfin) forme

Dossier infrastructures : veni vidi… Vinci ?

Le projet remporté par Sogea-Satom « vise à réhabiliter et à réaménager la Route nationale 3 sur un peu plus de 13 km afin de restaurer des conditions de circulation correctes », indique un document de présentation de l’agence française de développement.

Les travaux portent également sur l’aménagement le long de l’axe de plusieurs infrastructures « carrefours giratoires, voies accès, aires de stationnement et de dépose, passages piétons, trottoirs et voiries piétonnières, aménagements paysagers et éclairage public », détaille la note de l’AFD. Le chantier devrait durer deux ans et demi.

Financement

Ces travaux sont financés par l’Agence française de développement (AFD) dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement (C2D) et « en ligne avec les orientations et objectifs du Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE) » du gouvernement camerounais, indique la même source.

En effet, avec seulement 50 km de réseau routier bitumés sur plus de 1800, la communauté urbaine de Douala (60 % du PIB du Cameroun, selon les données de l’AFD) affiche un véritable déficit d’infrastructures routières préjudiciable à son développement et à sa position de capitale économique régionale.

L’an dernier, Vinci Construction a réalisé 9 % de ses 16 milliards d’euros de chiffre d’affaires en Afrique.