Diasporas

[Tribune] Diasporas africaines, des paroles aux actes

Par

Yves Biyah est directeur général adjoint du groupe Jeune Afrique.

Emmanuel Macron et Nana Akufo-Addo, à l'Élysée le 11 juillet 2019. © DR/ Présidence française.

Pour réinventer le lien entre les diasporas africaines et le continent, il faut mettre en place des outils financiers et juridiques. L’objectif : une meilleure mobilisation de leur potentiel pour le développement de l'Afrique.

En juin dernier, lors d’une rencontre inédite à l’Élysée, le président français Emmanuel Macron et le président ghanéen Nana Akufo-Addo ont exprimé leur volonté commune de s’appuyer sur les diasporas africaines pour accélérer le développement de l’Afrique et améliorer son image à l’international.

Cette position commune est loin d’être une évidence, tant les diasporas ont historiquement suscité de la méfiance auprès des dirigeants africains et occidentaux. Les premiers y voyant des opposants en puissance élevés aux idéaux démocratiques de leurs pays d’accueil, et les seconds émettant des doutes sur leur double loyauté.

Cette volonté de mieux impliquer les diasporas africaines constitue donc un virage rhétorique important qu’il faut saluer, et dont il faut souhaiter qu’il se traduise par des décisions concrètes de nature à influencer les plans de développement des pays africains d’une part, et les politiques d’aide au développement des pays occidentaux d’autre part.

À l’évidence, les diasporas africaines sont déjà des acteurs économiques ayant une influence majeure en Afrique, illustrée par les quelques 70 milliards de dollars de transferts qu’ils envoient vers le continent chaque année (dont 10 milliards de dollars depuis la France).  Cette somme représente plus du double de l’aide publique au développement reçue par le continent qui s’élève à environ 30 milliards de dollars (dont 2,5 milliards octroyés par la France).

Nous, diasporas africaines, sommes donc pleinement légitimes pour participer à toutes les discussions sur le devenir du continent. Et le débat qui s’ouvre sur notre rôle pour accélérer le développement de l’Afrique est une opportunité à saisir pour faire des propositions à même de faire bouger les lignes.

À cet effet, j’y prends ma part en formulant quelques propositions à l’attention des États africains, des États occidentaux pourvoyeurs d’aides et des diasporas africaines, dont je fais partie, afin de passer des paroles aux actes.

À l’attention des États africains

Pour pleinement associer la diaspora, les États africains pourraient tout d’abord effectuer un inventaire précis des talents au sein des diasporas africaines. Cet inventaire devrait être fait rigoureusement et systématiquement par les ambassades des pays africains à travers le monde. En effet, pour mettre en œuvre ses plans de développement, l’Afrique a besoin de compétences (médecin, techniciens, ingénieurs, professeurs, etc).  En cela, les diasporas sont une ressource encore sous-exploitée. Une politique ambitieuse de rapatriement des talents devrait exister pour chaque pays.

Les pays africains devraient également faciliter et accompagner la rencontre entre PME locales et investisseurs et ou talents de la diaspora. De nombreuses PME africaines ne réalisent pas leur potentiel faute de moyens financiers ou de talents pour mener à bien leurs projets, les deux existent dans les diasporas, il s’agit maintenant de faciliter ces rencontres. Le digital offre à cet effet de nombreuses possibilités.

Je propose par ailleurs que les États africainscréent des circonscriptions électorales dédiées aux diasporas. Cela leur permettrait d’élire des représentants aux parlements de leurs pays d’origine et d’être ainsi associés à la gestion des affaires. Ceci pourrait être utilement complété par la mise en place d’un secrétariat d’État ou d’un ministère dédié à l’activation des diasporas.

Offrir aux diasporas la possibilité d’investir leur épargne pour financer des routes, des barrages électriques ou des hôpitaux dans leurs pays d’origine

Proposer des projets « diasporas », financés pour tout ou partie par des obligations diasporas, serait bénéfique. Cette disposition offrirait aux diasporas la possibilité d’investir leur épargne pour financer des routes, des barrages électriques ou des hôpitaux dans leurs pays d’origine.

À l’attention des pays occidentaux

De leur côté, pour prendre en compte les diasporas, les États occidentaux pourraient puiser de façon très volontariste dans les talents binationaux africains pour enrichir les lieux où se définissent et s’exécutent les politiques d’aide au développement. Le scepticisme, voire la méfiance, vis-à-vis du concept de « double-loyauté » est compréhensible, mais les gains potentiels en efficacité sont considérables. Les binationaux étant à mon sens prédisposés pour réussir dans ces missions, car disposant bien souvent des codes culturels et des réseaux permettant de fluidifier les échanges entre les deux mondes.

Une plus grande implication des diasporas dans les affaires politiques de leurs pays d’origine ne peut avoir qu’un impact positif

Les pays du Nord pourraient envisager de conditionner les aides au développement à la bonne prise en compte du vote des diasporas pour les élections nationales dans leurs pays de d’origine. Car une plus grande implication des diasporas dans les affaires politiques de leurs pays d’origine ne peut avoir qu’un impact positif.

Je préconise de rendre déductible d’impôts les investissements des diasporas dans des projets d’intérêts communs dans leurs pays d’origine.Cela pourrait significativement amplifier le volume de l’aide au développement.

Pourquoi ne pas faciliter et accompagner la rencontre entre PME installées en Occident et talents de la diaspora pour favoriser l’investissement privé en Afrique. En effet, il existe d’un côté des entreprises européennes ou américaines de tailles intermédiaires en recherche de débouchées et disposant de savoir-faire pointus dont l’Afrique aurait besoin. Et d’autre part des personnes vivant en Occident, d’origines africaines, souhaitant y retourner en tant qu’entrepreneurs ou salariés. Il y a donc une place de marché à imaginer pour permettre ces rencontres. Les missions économiques des ambassades des pays africains pourraient y jouer un rôle facilitateur.

Pour une diaspora au service du développement

Enfin, et c’est probablement le plus important, nous, diasporas africaines, nous devons nous engager pour l’Afrique. Les transferts d’argent jouent un rôle de filet de sécurité pour les familles africaines, mais n’ont probablement qu’un impact mineur sur la croissance économique du continent. Pour avoir une influence plus importante, les diasporas africaines devront s’organiser à deux niveaux.

D’abord en tant que puissance financière capable d’investir dans des projets ou des entreprises. Il existe quelques initiatives intéressantes de création de fonds d’investissements abondés par les diasporas. Ces initiatives sont à encourager et à amplifier, afin de disposer de véhicules d’investissement puissants capable de concentrer l’épargne des diasporas et de l’orienter vers des projets à forte valeur ajoutée.

J’appelle de mes vœux la création d’un grand forum économique des diasporas

Les diasporas doivent aussi devenir une force de la société civile. Capable de faire des propositions, de lancer des alertes, de se mobiliser sur des causes d’intérêt général, nous gagnerions notamment à créer un think tank à même de contribuer sur tous les sujets d’intérêt sur l’Afrique.

Pour avancer concrètement sur ces sujets, j’appelle de mes vœux la création d’un grand forum économique des diasporas, idéalement sous le parrainage de l’Union africaine, qui viserait chaque année à échanger sur les bons outils juridiques et financiers à mettre en place pour mieux associer les diasporas au développement du continent. Ce forum se déroulerait dans un pays africain différent chaque année.

Ces propositions sommaires n’engagent que moi. J’espère que celles-ci seront enrichies, améliorées, voire critiquées par d’autres, dans l’objectif d’une meilleure mobilisation du potentiel des diasporas africaines pour le développement du continent.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte