Automobile

Tunisie : Alpha Ford a du mal à séduire

Le marché de l'automobile ne se porte pas bien en Tunisie

Le marché de l'automobile ne se porte pas bien en Tunisie © DR

La cession de concessionnaires automobiles n’est plus synonyme de succès financiers pour Al Karama Holding, chargé de vendre les sociétés confisquées après la révolution. Avec la crise économique, les potentiels acquéreurs regardent à deux fois avant d’investir : la vente d’Alpha Ford, est un cas d’école.

Les concessionnaires automobiles n’ont plus la cote en Tunisie. Al Karama holding, en charge de la cession des sociétés confisqués après la révolution de 2011, a prolongé d’un mois le délai pour déposer les dossiers de manifestation d’intérêt afin d’acquérir 100 % du capital de Alpha Ford, représentant exclusif du constructeur américain. Les futurs repreneurs ont maintenant jusqu’au 27 septembre pour se faire connaître.

« Ce sont les candidats déjà intéressés qui ont demandé ce report car ils n’ont pas eu le temps d’avoir accès à toutes les informations concernant la société », a précisé à Jeune Afrique Moncef Klibi, directeur général de Alpha Ford. Les vacances estivales, avec notamment les festivités de l’Aïd Al-Adha en août, sont les motifs invoqués pour justifier ce retard. Selon nos informations, entre deux et quatre candidats se sont, pour le moment, manifestés auprès d’Al Karama holding. Une fourchette que Moncef Klibi a refusé de commenter.

Outre ces raisons purement conjoncturelles et techniques, ce peu d’empressement s’explique surtout par la mauvaise santé financière du pays. La baisse du dinar, qui a perdu 123 % de sa valeur par rapport au dollar depuis 2010, la hausse régulière des taxes à l’importation et les quotas d’importation soumis aux concessionnaires ont transformé la voiture en un bien de luxe pour nombre de foyers tunisiens. Les ventes de véhicules ont ainsi baissé de 20 % en 2018.

Report de l’opération

« Le marché n’est pas évident en ce moment mais il est temps de céder ces sociétés. Tant qu’elles restent sous la tutelle de l’État, leurs situations – politique marketing, business plan – n’avanceront pas », soulignait Ibrahim Debache, président de la Chambre syndicale des concessionnaires automobiles, à Jeune Afrique Business Plus début juillet au moment de l’ouverture de la période de manifestation d’intérêt.

« Si le dinar continue de se ressaisir [il a gagné 5 % par rapport au dollar depuis le début de l’année], peut-être qu’il faudrait mieux reporter l’opération d’un an, mais personne ne peut dire comment sera la situation à ce moment-là », nuance, pour sa part, Mehdi Mahjoub, le porte-parole de la Chambre syndicale des concessionnaires automobiles.

Si Alpha Ford semble délaissé, c’est aussi parce que la plupart des grands groupes ont profité des précédentes ventes pour pénétrer le marché. Aujourd’hui, le groupe Elloumi, déjà candidat malheureux pour la reprise de City Cars (Kia Motors), apparaît comme le candidat le plus crédible à la reprise de Alpha Ford. « Je ne suis pas au courant », répond lapidairement Hichem Elloumi, pdg de Coficab (câbles automobiles), à la question de savoir si le groupe allait faire une offre.

Un secteur moins convoité

Il est, en tout cas, loin le temps où les acquisitions faisaient l’objet d’âpres enchères. Pour rappel : le concessionnaire multimarques Ennakl (Volkswagen, Seat, Porsche, Audi, Skoda) avait été racheté, en novembre 2012, pour 238 millions de dinars (117 millions d’euros de l’époque) par le consortium Poulina Holding – Parenin (groupe Ben Yedder) ; City Cars (Kia Motors) avait été valorisé, en décembre 2012, à 114 millions de dinars (57 millions d’euros de l’époque) par le couple Bouchamaoui holding – groupe Chabchoub ou encore Stafim (Peugeot) avait coûté, en septembre 2013, 165 millions de dinars (75 millions d’euros à l’époque) au groupe Khechine.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte