Justice

Ebola en RDC : l’ex-ministre de la Santé entendu dans une enquête sur l’utilisation de fonds publics

Oly Ilunga, alors ministre de la Santé de la RDC, le 15 juillet 2019 à Genève, en Suisse. © FABRICE COFFRINI / AFP

L'ex-ministre de la Santé, Oly Ilunga, a été entendu mardi par la justice congolaise dans une enquête sur l'utilisation de fonds publics dans la lutte contre Ebola qui a tué près de 2 000 personnes en un an en RDC.

« Ce mardi, le Dr Oly Ilunga, ex-ministre de la Santé, a été auditionné par le parquet général près la Cour de cassation. L’instruction est en cours et il a confiance dans la justice de son pays », a indiqué son avocat, Me Guy Kabeya. « Il est reparti libre », a indiqué une source judiciaire.

Des ex-collaborateurs placés en garde à vue

Trois de ses ex-collaborateurs, « dont un médecin », ont été placés en garde à vue, ajoute cette source, qui confirme une information de la radio Top Congo.

Le Dr Ilunga a été entendu « dans le cadre d’une enquête se rapportant à la gestion d’importants fonds versés par le gouvernement destinés à la riposte contre la maladie à virus Ebola », selon une autre source judiciaire.

« C’est une enquête préliminaire. Il n’y a pas de raisons de s’inquiéter. Il n’est pas en état d’arrestation », a ajouté cette seconde source.

Deuxième vaccin

Nommé en décembre 2016, Oly Ilunga a démissionné le 22 juillet. Il s’estimait désavoué par le président de la République Félix Tshisekedi, qui lui avait retiré la conduite de la riposte contre Ebola.

Le chef de l’État en a confié la coordination à Jean-Jacques Muyembe, directeur de l’Institut congolais de la recherche biomédicale de Kinshasa (INRB).

L’ex-ministre s’opposait aussi à l’introduction d’un deuxième vaccin « par des acteurs qui ont fait preuve d’un manque d’éthique manifeste ». Le ministre s’était opposé dans une circulaire à l’introduction de ce deuxième vaccin du laboratoire belge Janssen, filiale de l’Américain Johnson&Johnson.

Au total, 205 321 personnes ont été vaccinées, d’après les autorités congolaises, selon qui le seul vaccin valable est « le rVSV-ZEBOV fabriqué par le groupe pharmaceutique (américain) Merck ».

La dixième épidémie d’Ebola sur le sol congolais a tué 1 990 personnes depuis qu’elle a été déclarée le 1er août dans l’est du pays, a indiqué le « comité national multisectoriel de la riposte » dans son bulletin daté de lundi.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte