Politique

Tunisie : polémique et indignation après l’arrestation de Nabil Karoui

Nabil Karoui à son domicile, à Carthage (image d'illustration). © Nicolas Fauqué pour JA

À trois semaines de la présidentielle du 15 septembre, l'arrestation d'un des favoris du scrutin, Nabil Karoui, président de Kalb Tounes, fait l’effet d’une bombe.

Au lendemain de l’arrestation rocambolesque de Nabil Karoui, la Tunisie oscille entre sidération et indignation, avec le sentiment d’avoir assisté à la première d’un film d’action.

Vers 15 heures, le 23 août, au péage de l’autoroute de Medjez El Bab, le convoi de l’homme d’affaires, de retour de Béja (nord-ouest) où il avait inauguré une antenne de son parti, est pris en étau. Il est d’abord encerclé par des inconnus en civil qui ne déclinent pas leur identité, avant que n’apparaissent des agents portant le brassard de la police. Le dispositif est impressionnant, l’autoroute est fermée et la manœuvre rapide et musclée.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte