Politique

Cameroun : Sisiku Ayuk Tabe et neuf autres séparatistes anglophones condamnés à la prison à vie

Sisiku Ayuk Tabe, président éphémère de la République d’Ambazonie. © DR / Copie d'écran Youtube

À l’issue d’une interminable audience, mardi, le tribunal militaire de Yaoundé a reconnu dix leaders séparatistes anglophones coupables de tous les chefs d’accusation retenus contre eux. Outre la prison à vie, ils ont également écopé d'une amende de 250 milliards de francs CFA (381 millions d'euros).

Le verdict est tombé. Après une audience agitée de près de 15 heures, le juge Jacques Baudouin Misse Njone et ses assesseurs ont finalement décidé d’une condamnation à vie pour Sisiku Julius Ayuk Tabe et ses neuf co-accusés. Une condamnation assortie d’une amende de 250 milliards de francs CFA à payer au titre du préjudice causé.

Le tribunal militaire de Yaoundé a prononcé sa sentence vers 5h30 du matin, mardi 20 août. Dès l’ouverture du procès, peu après 13h lundi 19 août, les avocats de la défense emmenés par Me Eta Bissong, ont une nouvelle fois récusé le juge, l’accusant de partialité.

« Nous avons estimé que ce juge avait un agenda caché. Il est venu pour condamner nos clients. Nous avons une décision en attente auprès de la Cour suprême. La loi dit bien qu’en pareille circonstance, le procès doit être suspendu jusqu’à ce que le verdict de notre appel soit rendu. Comment peut-on poursuivre un procès au mépris total de la loi ? », s’est interrogé Me Christopher Ndong, autre avocat de la défense.

Les avocats de la défense se retirent

Au grand dam de ces avocats, le juge a rejeté la demande de la défense, précisant qu’il n’avait reçu aucune notification dans ce sens, comme l’exige la loi. « La loi 596 stipule que lorsqu’on récuse un juge, on lui fait parvenir une notification écrite. Chose que nous avons faite. Nous avons d’ailleurs apporté des exemplaires de cette notification à l’audience. Mais le juge a refusé de les prendre en compte, en maintenant que l’audience devait se poursuivre. Nous n’avions rien d’autre à faire que de nous retirer de l’affaire, car nous ne pouvions pas poursuivre ce procès face à cette mascarade de justice », a confié l’un des avocats à Jeune Afrique après l’audience.

Après le retrait des avocats, les accusés ont sollicité un report de l’audience, le temps de constituer une nouvelle équipe de défense. Face à l’opposition du commissaire du gouvernement, Sisiku Ayuk Tabe et ses co-accusés ont engagé des chants ambazoniens dans la salle, visiblement dans l’optique de bloquer le déroulement de l’audience.

Reconnus coupables de sécession et de terrorisme

Après plusieurs heures de perturbations, le juge Jacques Baudouin Misse Njone a prononcé son verdict. Les accusés sont reconnus coupables des dix chefs d’accusations retenus contre eux : « apologie des actes de terrorisme, sécession, complicité d’actes de terrorisme, financement des actes de terrorisme, révolution, insurrection, hostilité contre la patrie, propagation de fausses nouvelles, atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’État, défaut de Carte nationale d’identité ».

Ce feuilleton judiciaire, qui s’était ouvert en janvier 2018 avec l’arrestation des leaders sécessionnistes au Nigeria, devrait se poursuivre en appel. Les avocats de la défense ont d’ores et déjà fait part à Jeune Afrique de leur intention de faire appel de cette décision.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte