Société

Mali : 150 enfants tués depuis le début de l’année et près de 400 000 en danger

À Gao, au Mali, le 25 juillet 2013. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Plus de 150 enfants ont été tués lors d'attaques au Mali pendant le premier semestre 2019, et quelque 377 000 mineurs ont besoin d'une protection, a indiqué mardi 13 août l'Unicef.

« Le nombre de violations graves commises contre les enfants au Mali a fortement augmenté en 2019 », a mis en garde dans un communiqué le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef). « Plus de 150 enfants ont été tués au cours du premier semestre de 2019, et 75 ont été blessés lors d’attaques violentes », ajoute l’organisation onusienne.

Par ailleurs, le recrutement et l’utilisation d’enfants dans les groupes armés « a doublé par rapport à la même période en 2018, et plus de 900 écoles restent fermées en raison de l’insécurité », selon le communiqué.

22 enfants tués à Sobane Da

Dans un rapport d’enquête publié la semaine dernière, la mission de l’ONU au Mali (Minusma) avait indiqué que 22 enfants âgés de un à douze ans (onze filles et onze garçons) figuraient parmi les 35 personnes tuées lors de l’attaque perpétrée le 9 juin contre le village dogon de Sobane Da, dont la plupart étaient mortes brûlées ou asphyxiées à l’intérieur de leur habitation.

« Au fur et à mesure que la violence se propage au Mali, les enfants courent un risque croissant d’être tués, blessés et recrutés par des groupes armés », a déclaré la directrice exécutive de l’Unicef, Henrietta Fore, citée dans le communiqué.

4 millions de dollars pour protéger femmes et enfants

La multiplication des attaques dans le Centre a également entraîné la « mutilation d’enfants, leur déplacement et leur séparation d’avec leur famille, ainsi que leur exposition à la violence sexuelle et à des traumatismes psychologiques », d’après l’Unicef.

« Il est estimé que plus de 377 000 enfants ont actuellement besoin d’une assistance en matière de protection au Mali », ajoute l’agence de l’ONU. Selon l’Unicef,  quatre millions de dollars (3,6 millions d’euros) en 2019 seraient nécessaires pour répondre aux besoins de protection des femmes et des enfants face aux violences que connaît le Mali.

Six ans après le début de l’intervention militaire française contre les groupes jihadistes qui avaient mis sous leur coupe le nord du Mali en 2012, les attaques de groupes liés à Al-Qaïda ou à l’organisation État islamique se poursuivent. Des violences auxquelles se mêlent des conflits intercommunautaires, en particulier dans le Centre du pays.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte