Politique

Présidentielle en Tunisie : les manœuvres des Ghannouchi pour qu’Ennahdha soutienne Chahed

Malgré l’unité affichée a posteriori derrière la candidature d’Abdelfattah Mourou à l’élection présidentielle du 15 septembre, Rached Ghannouchi et sa famille ont manœuvré jusqu’à la dernière minute pour qu’Ennahdha soutienne l’actuel chef du gouvernement Youssef Chahed.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 13 août 2019 à 11:16

Rached Ghannouchi, le patron des islamistes d’Ennahdha, à son domicile à Tunis (image d’illustration). © Ons Abid pour JA

Le rôle de plus en plus prépondérant que joue au sein d’Ennahdha la famille de son patron, Rached Ghannouchi, et en particulier son fils, Mouadh, est à l’origine de la crise qui déchire ce parti. Mouadh et son beau-frère Rafik Bouchlaka ont tenté d’imposer à Ennahdha la candidature de Youssef Chahed, le chef du gouvernement, à l’élection présidentielle.

Chahed à Carthage et Ghannouchi au perchoir

Cette initiative résulte de discrètes négociations destinées à porter Chahed à la tête de l’État et Rached Ghannouchi à celle du Parlement. Le parti a finalement désigné Abdelfattah Mourou pour le représenter à la présidentielle.

À Lire Présidentielle en Tunisie : quelles chances pour l’islamiste Abdelfattah Mourou ?

Très active depuis 2012 aux niveaux parlementaire et gouvernemental, Ennahdha s’était jusque-là toujours gardée de se frotter au scrutin présidentiel, préférant négocier son soutien avec d’autres postulants. Mais le mouvement, qui a perdu près d’un million de voix entre le scrutin pour désigner l’Assemblée constituante et les municipales de 2018, a finalement trouvé son « oiseau rare », comme Rached Ghannouchi qualifiait il y a quelques semaines un hypothétique prétendant à Carthage.