Elections

Présidentielle en Tunisie : les manœuvres des Ghannouchi pour qu’Ennahdha soutienne Chahed

Rached Ghannouchi, le patron des islamistes d’Ennahdha, à son domicile à Tunis (image d'illustration).

Rached Ghannouchi, le patron des islamistes d’Ennahdha, à son domicile à Tunis (image d'illustration). © Ons Abid pour JA

Malgré l’unité affichée a posteriori derrière la candidature d’Abdelfattah Mourou à l’élection présidentielle du 15 septembre, Rached Ghannouchi et sa famille ont manœuvré jusqu’à la dernière minute pour qu’Ennahdha soutienne l’actuel chef du gouvernement Youssef Chahed.

Le rôle de plus en plus prépondérant que joue au sein d’Ennahdha la famille de son patron, Rached Ghannouchi, et en particulier son fils, Mouadh, est à l’origine de la crise qui déchire ce parti. Mouadh et son beau-frère Rafik Bouchlaka ont tenté d’imposer à Ennahdha la candidature de Youssef Chahed, le chef du gouvernement, à l’élection présidentielle.

Chahed à Carthage et Ghannouchi au perchoir

Cette initiative résulte de discrètes négociations destinées à porter Chahed à la tête de l’État et Rached Ghannouchi à celle du Parlement. Le parti a finalement désigné Abdelfattah Mourou pour le représenter à la présidentielle.

Très active depuis 2012 aux niveaux parlementaire et gouvernemental, Ennahdha s’était jusque-là toujours gardée de se frotter au scrutin présidentiel, préférant négocier son soutien avec d’autres postulants. Mais le mouvement, qui a perdu près d’un million de voix entre le scrutin pour désigner l’Assemblée constituante et les municipales de 2018, a finalement trouvé son « oiseau rare », comme Rached Ghannouchi qualifiait il y a quelques semaines un hypothétique prétendant à Carthage.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte