Transport terrestre

Gabon : la Sogatra tente de sortir de l’ornière avant l’arrivée de Trans-Urb

Immeubles de Libreville © Tiphaine Saint-Criq pour Jeune Afrique

Subventions évaporées, parc automobile vétuste et tensions sociales... Malgré une nouvelle direction en place depuis mars, la Société gabonaise de transport (Sogatra), opérateur public historique, craint l’arrivée de Trans-Urb, une entreprise ouverte aux capitaux privés.

Avec un parc de 300 autobus et plus de 750 chauffeurs, Trans-Urb, toute nouvelle venue sur le marché du transport public, a de quoi faire peur à la Sogatra, dont l’activité connaît des cahots depuis au moins quatre ans. Les véhicules sont déjà au Gabon, les recrutements sont encore en cours et la compagnie, publique pour le moment, s’ouvrira aux capitaux privés par le biais d’un PPP en décembre.

En juin, le ministre des Transports, Justin Ndoundangoye, avait assuré devant la presse que cette nouvelle compagnie vient « en appui à la Sogatra, en proie à des difficultés de fonctionnement et en pleine restructuration » et « participera à la diversification et à l’amélioration de l’offre de transport au Gabon ». Pas de concurrence donc, mais un partage des lignes et des provinces, à en croire le ministre.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte