Musique

Côte d’Ivoire : le roi du coupé-décalé DJ Arafat est décédé

DJ Arafat, l’empereur du coupé-décalé. © Camille Millerand pour JA

Victime d'un accident de moto dans la nuit du 11 au 12 août à Abidjan, l'artiste ivoirien Ange Didier Huon - alias DJ Arafat - est mort à 33 ans des suites de ses blessures dans une clinique d'Abidjan.

La star du « coupé-décalé » est décédé lundi 12 août à la Polyclinique des Deux Plateaux, à Abidjan. L’artiste est mort des suites de ses blessures après un grave accident de la route, survenu dans la nuit de dimanche à lundi. Sa moto a percuté une voiture conduite par une journaliste de Radio Côte d’Ivoire. Le chanteur, inconscient, a été rapidement pris en charge et admis en soins intensifs. Il n’a malheureusement pas survécu.

« Il a été admis aux urgences dans un état végétatif. Il avait notamment une fracture du crâne et un œdème », a confié à Jeune Afrique un médecin de l’établissement, sous couvert d’anonymat. Les équipes soignantes ont tenté de le réanimer, « en vain ».

Deux ministres du gouvernement ivoirien, qui se sont rendus au chevet de l’artiste, ont confirmé le décès à Jeune Afrique, de même qu’un haut fonctionnaire en poste à Abidjan. « Je suis à la clinique où DJ Arafat a été admis. Je peux vous confirmer que l’artiste est décédé. Je suis avec le ministre d’État Hamed Bakayoko, pour nous organiser avec la famille », a déclaréà Jeune Afrique  Maurice Bandaman, ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie. L’information a par ailleurs été confirmée sur les antennes de la RTI, la chaîne publique ivoirienne, dans son journal de 13 h.

« Une étoile filante »

« Le petit est parti.  Il a vécu comme une étoile filante. Nous sommes tous effondrés. Dans le style du zouglou, à l’international, il y a Magic System. Pour le coupe-décalé , c’était DJ Arafat… C’est une grande perte pour la musique ivoirienne », a regretté A’salfo, le leader du groupe Magic System, contacté par Jeune Afrique.

Une foule nombreuse s’est rassemblée dans l’après-midi devant la polyclinique où est décédé le chanteur, les fans exprimant tout à la fois leur tristesse et leur incrédulité, scandant notamment « Arafat ne peut pas mourir ».

Roi incontesté du « coupé-décalé », DJ Arafat – de son vrai nom Ange Didier Huon – a débuté au début des années 2000 dans les clubs de la rue Princesse à Yopougon, avant de se forger une renommée internationale et de s’imposer comme le patron incontesté du coupé décalé. Il avait également une réputation sulfureuse, notamment en raison des clashs récurrents qui l’opposaient à d’autres artistes de coupé-décalé.

Né en 1986 à Yopougon, une commune de l’ouest abidjanais, l’artiste aimait à s’attribuer des surnoms sans cesse nouveaux, de « Commandant Zabra » à « Yorobo » – plus récemment, il se présentait même comme « Chef de la Chine Populaire ». Tragique ironie du sort, l’un de ses derniers single en date – qui bat des records sur YouTube avec 4,5 millions de vues depuis sa sortie en mai dernier – s’intitule « Moto-Moto ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte