Justice

Cameroun : 41 militants de l’opposition condamnés à six mois de prison

Un panneau de campagne du président sortant du Cameroun, Paul Biya, au marché Mokolo de Yaoundé, au Cameroun, le 11 octobre 2018. (photo d'illustration) © Sunday Alamba/AP/SIPA

Quarante-et-un militants de l'opposition camerounaise ont été condamnés jeudi à Douala à six mois de prison ferme pour avoir participé à des manifestations contestant le résultat de l'élection présidentielle d'octobre dernier, ont déclaré le 9 août des avocats de leur parti, le MRC.

Les condamnés avaient manifesté à Douala pour contester la réélection du président Paul Biya et l’arrivée à la deuxième place de Maurice Kamto, candidat du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC). Entre octobre de l’an dernier et juin de cette année, de nombreux militants, dont Maurice Kamto lui-même, ont été arrêtés lors de manifestations.

Aucun des militants condamnés jeudi n’était présent lors du jugement. Six d’entre eux sont actuellement en prison, notamment la célèbre avocate camerounaise Michèle Ndoki. Les autres comparaissaient libres.

« Incompréhensible »

Selon Fidèle Djoumbissie, avocat et responsable du MRC dans la région, la décision fera « certainement l’objet d’appel », après concertation de la direction du parti. « Il est incompréhensible qu’après avoir arrêté les poursuites, le tribunal ait subitement repris le procès contre nos camarades », a commenté Me Djoumbissie.

En décembre, les poursuites contre les manifestants d’octobre avaient été arrêtées avant de reprendre ces derniers mois.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte