Transport aérien

Lâché par son actionnaire chinois HNA, Aigle Azur dans l’urgence de trouver de nouveaux partenaires

Un avion de la compagnie Aigle Azur (image d'illustration). © Aero Icarus/Flickr

Alors que son principal actionnaire, le chinois HNA, est très endetté, et malgré l'urgence de trouver de nouveaux partenaires financiers, la compagnie Aigle Azur veut rassurer sur ses capacités à pouvoir affronter les prochaines semaines d’exploitation.

Plus d’un an et demi après le départ de Weaving Group – l’entreprise de l’emblématique patron Arezki Idjerouidène, qui avait porté son développement – , la compagnie française Aigle Azur craint pour son avenir. Passera-t-elle l’été ?

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte