Entreprises & marchés

Cameroun : la collecte de déchets, une mine d’or pour jeunes start-up

Des agents de la startup Ares sur le terrain. © Ares

Malgré l’ouverture à la concurrence, le ramassage des déchets demeure un épineux problème à Douala et Yaoundé où Hysacam, l’unique opérateur conventionnel du marché, peine à couvrir l’ensemble des quartiers. Une aubaine pour de nombreux jeunes entrepreneurs qui ont fait de cette activité une source de profit.

À Makepe, dans le 5e arrondissement de Douala, les tricycles bleus pavoisés aux couleurs d’Ares, une start-up dédiée au ramassage d’ordures, ne passent pas inaperçus. Cela fera bientôt un an que les engins de la jeune entreprise soulagent les populations de ce quartier de leurs déchets, contribuant ainsi à réduire les amoncellements de détritus jadis visibles à chaque coin de rue.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte