Économie

Sénégal : la TNT, le jackpot contesté de Sidy Diagne

Mis à jour le 31 juillet 2014 à 10:06

Le groupe sénégalais Excaf, spécialisé dans l’événementiel et la télévision payante, a récemment obtenu le marché du passage au numérique pour le Sénégal. La transition de l’analogique vers le numérique devrait coûter au groupe 40 milliards de F CFA (environ 60 millions d’euros).

En décrochant le marché sénégalais du passage au numérique, le groupe local Excaf a grillé la politesse à de nombreux concurrents de rang mondial comme Portugal Telecom, les français TDF, Alcatel et Thomson, ou les chinois Huawei et ZTE.

Une trentaine de chaînes en accès payant

Sidy Diagne, son directeur général, qui assure travailler sur ce chantier depuis dix-huit mois, a obtenu le droit d’exploiter deux multiplex (canaux diffusés sur une même fréquence) et de proposer ainsi une trentaine de chaînes en accès payant. Pour partie, ce sont celles qui composent son bouquet actuel, vendu 5 000 F CFA (7,60 euros). En échange, il s’est engagé à investir près de 40 milliards de F CFA dans la transition vers la télévision numérique terrestre (TNT).

Lire aussi:

Pourquoi l’Afrique n’a pas la fibre numérique

À Abidjan, TNT rime avec libéralisation

Chaînes panafricaines : la rentabilité, seule ombre au plateau

Polémique

« Ce contrat a retiré une épine du pied du gouvernement, car l’entreprise va financer l’intégralité de l’opération, de la construction de l’infrastructure à la fourniture de 1 million de décodeurs », explique Amadou Top, directeur exécutif du Comité national de pilotage de la transition de l’audiovisuel analogique au numérique (Contan), mis en place fin 2013.

Mais à peine dévoilé, cet accord a créé la polémique. Des dirigeants des chaînes 2STV ou TFM reprochent au gouvernement d’entretenir le flou autour du contrat et de ne pas associer l’ensemble des éditeurs de contenus au mode de gestion des multiplex.

Interrogé par Jeune Afrique, Amadou Top assure qu’Excaf ne bénéficiera pas d’une clause d’exclusivité. « Pour le moment, nous disposons de quatre multiplex. En 2015, nous en aurons huit. Si d’autres groupes veulent développer une offre de TNT payante, ils devront aider Excaf à se rembourser », assure-t-il.