Politique

Mauritanie : le dîner d’adieu du président sortant Mohamed Ould Abdelaziz

Le président mauritanien sortant, Mohamed Ould Abdelaziz, recevant le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall, mercredi 31 juillet 2019 à Nouakchott.

Le président mauritanien sortant, Mohamed Ould Abdelaziz, recevant le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall, mercredi 31 juillet 2019 à Nouakchott. © Présidence sénégalaise

À la veille de l'investiture jeudi 1er août de son successeur et dauphin Mohamed Ould Ghazouani, le président sortant Mohamed Ould Abdelaziz a offert à Nouakchott un dîner d'adieu à plus de 400 convives, dont de nombreux chefs d'État et hauts responsables africains.

À la droite du président Aziz, le Tchadien Idriss Déby Itno, à sa gauche le Congolais Denis Sassou Nguesso. En foule à sa table en forme de fer à cheval, le Nigérien Mahamadou Issoufou, le Malien Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), l’Ivoirien Alassane Dramane Ouattara (ADO), le Guinéen Alpha Condé, le Sénégalais Macky Sall mais aussi le président bissau-guinéen José Mario Vaz, le chef du gouvernement marocain Saadeddine El Othmani et le leader du Front Polisario Brahim Ghali. Tous sont venus ce mercredi 31 juillet entourer leur « frère », le président Mohamed Ould Abdelaziz, à la veille du jour où il quitte le pouvoir conformément à la Constitution, après deux mandats présidentiels et dix ans de pouvoir.

Le dîner s’est ouvert sur un hommage rendu au « président démocratiquement élu, qui transmet le pouvoir à un président lui aussi démocratiquement élu », en l’occurrence Mohamed Ould Ghazouani. Griots et divas ont célébré à leur manière Mohamed Ould Abdelaziz, tout au long du repas organisé au palais présidentiel pour plus de 400 invités, et qui a pris toutes les apparences d’un dîner d’adieu.

Photos souvenirs et joyeuse bousculade

Entre le poisson frit et l’agneau rôti, ministres, généraux, ambassadeurs, conseillers, journalistes et représentants des corps constitués ont été invités à goûter au florilège musical mauritanien. Ouvert par une danse guerrière du Trarza, continué par des chants et des rythmes venus de tous les coins du pays, ce récital a été présenté comme le reflet de la « diversité » artistique nationale et le symbole et la preuve d’une « Mauritanie unie ».

De nombreux convives plus ordinaires se sont faits photographier une dernière fois aux côtés du président sortant, tout sourire

Après le dessert, le chef de l’État mauritanien a raccompagné jusqu’à leur voiture ses éminents hôtes, dans une joyeuse bousculade. C’est le moment choisi par de nombreux convives plus ordinaires pour se faire photographier une dernière fois aux côtés du président sortant, qui s’est prêté de bonne grâce à cet exercice du souvenir, le visage éclairé d’un sourire devant leur empressement. Il n’est monté dans sa voiture avec son épouse qu’une fois le dernier chef d’État parti.

Cet ultime dîner était assurément le sien : Mohamed Ould Ghazouani, le président fraîchement élu qui lui succède jeudi 1er août, n’en était pas.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte