Dossier

Cet article est issu du dossier «Maroc : 1999-2019, ces vingt premières années de règne de Mohammed VI qui ont tout changé»

Voir tout le sommaire
Histoire

Maroc : vingt ans de règne de Mohammed VI en huit dates clés

Le roi du Maroc, Mohammed VI, a nommé le 7 février 2019 six nouveaux walis. © Christophe Ena/AP/SIPA

Depuis son intronisation, le 30 juillet 1999, à son discours sur l'urgence sociale prononcé à Al Hoceima, le 29 juillet 2018, en passant par le retour à l'Union africaine et la demande d'adhésion du Maroc à la Cedeao, Jeune Afrique vous résume en huit dates clés les vingt premières années de règne du roi Mohammed VI.

• 30 juillet 1999

Intronisation de Mohammed Ben Al Hassan, qui accède officiellement au trône après avoir été proclamé roi le 23 juillet, jour du décès de son père, Hassan II. Né le 21 août 1963, Mohammed VI est le vingt-troisième monarque de la dynastie alaouite et le troisième à porter le titre de roi du Maroc.

• 12 au 14 juillet 2002

Après un mariage dans l’intimité le 21 mars, les noces du roi et de la princesse Lalla Salma (née Salma Bennani) sont officiellement célébrées à Rabat. De leur union naîtront le prince héritier Moulay El Hassan, le 8 mai 2003, et la princesse Lalla Khadija, le 28 février 2007.

• 10 octobre 2004

Inscription de l’égalité hommes-femmes dans la Constitution et promulgation de la Moudawana, code du statut personnel et du droit de la famille (élaboré sous Mohammed V, en 1958), révisé par le Parlement en février 2004.

• D’avril 2004 à décembre 2005

Un organe de justice transitionnelle, l’Instance équité et réconciliation (IER), est chargé par le roi d’enquêter sur le bilan humain des « années de plomb » (1970-1999, sous le règne de Hassan II) et rend ses conclusions.

• 9 mars 2011

Annonce d’une réforme de la Constitution dans le cadre du projet de régionalisation et après les manifestations du 20-Février, apparues dans le sillage des mouvements populaires dans le monde arabe. Elle sera adoptée par référendum le 1er juillet 2011.

• 25 novembre 2011

Élections législatives anticipées, qui, pour la première fois dans le pays, donnent la majorité parlementaire à un parti islamiste, le Parti de la justice et du développement (PJD), dont le secrétaire général, Abdelilah Benkirane, est nommé chef du gouvernement.

• 30 janvier 2017

Le Maroc réintègre l’Union africaine, qu’il avait quittée en 1984 pour protester contre l’admission de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Le 24 février, le pays demande son adhésion à la Cedeao, dont il est membre observateur depuis 2005.

• 29 juillet 2018

Discours royal, prononcé à Al Hoceima, axé sur la nécessité et l’urgence d’agir pour corriger les défaillances sociales, assurer une réelle application sur le terrain des mécanismes de prise en charge des plus démunis et améliorer le quotidien des citoyens après les mouvements sociaux d’Al Hoceima et de Jerada (2016-2017), puis la campagne de boycott contre plusieurs produits de grandes marques (2018).

Lire les autres articles du dossier

«Maroc : 1999-2019, ces vingt premières années de règne de Mohammed VI qui ont tout changé»

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte