Économie

Aérien : bien installée au Maroc, Swissport veut poursuivre son expansion en Afrique

Réservé aux abonnés
Par - à Casablanca
Mis à jour le 24 juillet 2019 à 17:12

Swissport est implanté dans plusieurs pays africains. © Wikimedia/CCMatti Blume

Leader mondial du handling dans les aéroports, Swissport vient de décrocher le renouvellement de sa concession de quinze terminaux marocains pour les sept prochaines années. Gildas Le Douarin, vice-président Afrique du Nord et francophone, décrypte la stratégie dans le royaume.

Présente au Maroc depuis 2012, Swissport vient de remporter son deuxième appel d’offres pour la gestion du handling de quinze aéroports marocains (Casablanca, Tanger, Rabat, Nador, Oujda, Al HoceïmaTétouan, Marrakech, Agadir, Fès, Ouarzazate, Essaouira, Laâyoune, Dakhla et Errachidia). « Nous étions déjà sur les mêmes sites les sept dernières années. Nous gardons le même périmètre mais maintenant, nous avons une vision bien plus étendue du marché », explique Gildas Le Douarin, le vice-président Afrique du Nord et francophone du groupe, convaincu que le métier du groupe consiste aussi à rendre une destination plus compétitive. 

Ce nouveau marché remporté par le leader mondial du handling (embarquement, débarquement des passagers et chargement, déchargement des bagages), est aussi synonyme d’investissement important : environ 20 millions d’euros pour le renouvellement du matériel et la formation du personnel. « La mobilisation capitalistique est énorme à l’échelle de notre métier », précise Gildas Le Douarin.

900 employés et 37% du marché marocain

Le matériel neuf servira à équiper en priorité les grands aéroports comme Marrakech et Casablanca et le matériel encore utilisable sera redéployé dans les plus petits sites. C’est d’ailleurs à l’aéroport de Marrakech et de Fès que l’entreprise helvétique a la plus forte activité (respectivement 80% et 90% de parts de marché). À Casablanca, RAM Handling, qui règne en maître avec plus de 90% de parts de marché, la filiale de la compagnie publique Royal Air Maroc, essuie régulièrement des reproches sur les réseaux sociaux pour sa gestion et les pertes de bagages. Globalement, jusqu’à fin 2018, Swissport, forte de 900 employés, contrôlait 37% du marché pour un chiffre d’affaires d’environ 230 millions de dirhams (21 millions d’euros).

« Nous serons à plus de 300 millions de dirhams à la fin de l’exercice actuel », espère notre interlocuteur. La société a renforcé son portefeuille client depuis son implantation au Maroc. À ce jour, les employés sur les différents tarmacs gèrent chaque année environ 22 000 vols d’une trentaine de compagnies aériennes comme Ryanair, Lufthansa, Air Arabia, TAP Portugal, Jet Airways…

« Nos contrats avec les compagnies durent trois ou cinq ans et sont renouvelés en cours de concession », précise le vice-président. Selon lui, au Maroc, le taux de satisfaction concernant la ponctualité de Swissport est de 99,6% et de 98,6% pour la livraison des bagages. L’entreprise s’occupe également de l’assistance des appareils au sol (embarquement, débarquement des passagers, et chargement, déchargement des bagages).  

En plus de sa filiale Afrique du Nord et francophone installée au Maroc, le groupe dispose d’un centre de services partagé (Shared Service Center, SSC). « Grâce à cette filiale SSC qui a le statut CFC [label donnant droit à un package d’avantages, comme des incitations fiscales ou des facilités de change, ndlr], nous sommes capables de fournir à nos autres filiales à travers le monde une série de services qui jusqu’à présent était faite localement », explique Gildas Le Douarin. 

Une troisième filiale est actuellement en cours de création au Maroc : un centre mondial de centrage et d’équilibrage des avions. Depuis quelques années, les compagnies aériennes externalisent cette activité et Swissport se positionne sur le secteur. Concrètement, les bureaux casablancais rassembleront les données de chaque vol, et après calculs, enverront le plan de chargement à la compagnie et au pilote de l’avion, qui a le dernier mot. « Nous avons deux centres comme celui de Casablanca. L’autre est basé à Nairobi, au Kenya », explique-t-il.  

200 millions d’euros de chiffre d’affaires en Afrique

Présente sur le continent Africain depuis dix-huit ans, Swissport est opérationnelle dans sept autres pays africains : Algérie, Afrique du Sud, Tanzanie, Kenya, Ghana, Cameroun et la Guinée équatoriale. L’entreprise y génère 200 millions d’euros de chiffre d’affaires sur un montant global de 3 milliards d’euros.

« L’Afrique compte beaucoup dans nos perspectives. La croissance de notre chiffre d’affaires sur le continent est bien plus importante que celle que nous réalisons ailleurs », ajoute notre interlocuteur. Selon Gildas Le Douarin, la liste des pays d’implantation de Swissport en Afrique pourrait s’allonger très prochainement : le groupe est candidat à un appel d’offres dans un pays dans lequel il n’est pas encore présent, indique le vice-président du groupe, sans en donner les détails.