Politique

Mauritanie : Biram fixe ses conditions pour dialoguer avec le nouveau pouvoir de Ghazouani

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
L'opposant mauritanien Biram Dah Abeid.

L'opposant mauritanien Biram Dah Abeid. © Sylvain Cherkaoui pour JA

Le militant antiesclavagiste mauritanien Biram Dah Abeid s’est entretenu dimanche 14 juillet avec le ministre de la Fonction publique, afin de discuter des conditions d’un dialogue avec le nouveau pouvoir du président élu Mohamed Ould Ghazouani.

Dans la soirée du 14 juillet, Biram Dah Abeid s’est à nouveau entretenu avec le ministre de la Fonction publique, Seyedna Ali Ould Mohamed Khouna. Arrivé deuxième à la présidentielle du 22 juin, le militant antiesclavagiste a évoqué les conditions préalables, selon lui, à la tenue d’un dialogue officiel avec le pouvoir.

Un nouveau parti pour Biram ?

Les trois autres candidats de l’opposition ne se sont pas associés à cette initiative. Président de l’organisation IRA-Mauritanie, « Biram » envisage de créer un parti ou de restructurer Sawab, formation nationaliste arabe à laquelle il est allié, en changeant son nom et sa direction.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte