Diplomatie

Côte d’Ivoire : Marcel Amon Tanoh prépare la visite d’Alassane Ouattara en Russie

Le ministre ivoirien des Affaires étrangères Marcel Amon Tanoh avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, durant sa visite en Russie du 17 au 19 juillet à Moscou. © Page officielle Twitter Ministère ivoirien des Affaires étrangères

Le ministre ivoirien des Affaires étrangères Marcel Amon Tanoh s'est rendu à Moscou à la mi-juillet, où il a signé plusieurs accords de coopération avec son homologue russe. Un voyage censé préparer la toute première visite d’État du président ivoirien Alassane Ouattara en Russie, où il est attendu fin octobre à Sotchi pour le sommet Russie-Afrique.

Le chef de la diplomatie ivoirienne Marcel Amon Tanoh a lancé la nouvelle ère des relations ivoiro-russes lors d’une visite du 17 au 19 juillet à Moscou, marquée par la signature d’un mémorandum d’entente avec son homologue russe Sergueï Lavrov.

Une rencontre censée préparer la visite du chef de l’État Alassane Ouattara en Russie, où il est attendu en marge du sommet Russie-Afrique, prévu à Sotchi du 22 au 24 octobre. Au menu des discussions avec Vladimir Poutine : la coopération économique et sécuritaire. Le président ivoirien souhaite que son homologue s’implique davantage dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Un terrain où Français et Américains sont déjà très actifs.

Signature d’accords

Le voyage de Marcel Amon Tanoh marque le premier d’un ministre des Affaires étrangères de Côte d’Ivoire en Russie.

« Nous avons signé des mémorandums d’entente qui seront une base de travail pour les futures discussions bilatérales, a confié à Jeune Afrique un membre de la délégation ivoirienne. La partie russe veut accélérer avec la Côte d’Ivoire, en proposant son savoir-faire dans la sécurité et les questions de terrorisme. Le ministre a présenté aux Russes le Programme national de développement (PND) 2016-2020 pour qu’ils s’intéressent aux investissements prioritaires du pays », a-t-il précisé. Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères, préconise une rupture des approvisionnements des jihadistes et surtout le démantèlement de tous leurs trafics.

Les deux pays ont signé un mémorandum d’entente afin d’intensifier leur coopération dans les secteurs de l’éducation, de l’industrie, de la sécurité ou de la lutte contre le terrorisme. Un cadre de mise en place prochaine d’une commission mixte ivoiro-russe est à l’étude.

Rapprochement inédit depuis 2011

Il s’agit d’un rapprochement inédit depuis 2011 et l’accession d’Alassane Ouattara au pouvoir. Les Ivoiriens se sont toujours tenus loin des Russes, préférant privilégier leurs axes traditionnels de Paris et Washington avant de diversifier avec Pékin, Ankara, Rabat et les pays arabes. Depuis 2011, le gouvernement a acquis plusieurs équipements militaires de fabrication russe sans passer par les circuits officiels, mais par des filières bulgares ou biélorusses.

Une tendance qui pourrait ainsi changer avec le voyage de Marcel Amon Tanoh, qui ouvre de nouvelles perspectives aux Russes qui envisagent d’augmenter le nombres de boursiers ivoiriens, qui devraient passer de 60 en 2019 à environ 400 au cours des prochaines années.

Troisième officiel ivoirien

Marcel Amon Tanoh est le troisième officiel ivoirien à se rendre en mission en Russie en moins de deux mois. Du 4 au 6 juin, Daniel Kablan Duncan, le vice-président ivoirien, s’était rendu au Forum économique international de Saint-Pétersbourg en compagnie de deux membres du gouvernement, Kaba Nialé, la ministre du Plan et du Développement et Abdourahmane Cissé, le ministre de l’Énergie. Début Juillet, Jeannot Ahoussou-Kouadio, le président du Sénat ivoirien, était à Moscou pour un congrès international des parlementaires.

Le séjour du chef de la diplomatie ivoirienne avait été programmé en octobre 2017, mais Marcel Amon Tanoh avait eu un empêchement de dernière minute. Reprogrammé en janvier 2018, le voyage n’a également pas pu se faire et Vladimir Baykov, l’ambassadeur de Russie en Côte d’Ivoire, poussait depuis plusieurs mois pour l’organisation de ce voyage. Le 12 juin dernier, dans un hôtel abidjanais, à l’occasion de la célébration de la fête nationale russe, l’ambassadeur de Russie avait joué les conciliateurs entre Simone Gbagbo, l’ex-première dame et Marcel Amon Tanoh.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte