Politique

Nigeria : au moins 37 morts dans des attaques dans le nord-ouest

L'armée nigériane à Maiduguri, en août 2013. Photo d'illustration. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Des hommes armés ont attaqué trois villages dans l'État de Sokoto, dans le nord-ouest du Nigeria, faisant au moins 37 morts, ont rapporté dimanche des sources locales et officielles.

Mercredi soir, des « bandits » – ainsi qu’ils sont désignés dans cette région – sont arrivés en moto et ont mené des raids dans trois villages du district de Goronyo, a expliqué à l’AFP, Zakari Chinaka, chef du district.

« Les bandits ont ouvert le feu sur les villageois et ont incendié les marchés et les récoltes », a rapporté Zakari Chinaka. « Ils ont emmené avec eux tout le bétail ».

Les villages de Kamitau, Ololo et Rijiyar Tsamiya, où ont eu lieu les massacres, se situent à une centaine de kilomètres de Sokoto, la capitale de l’État éponyme.

« Le massacre a duré pendant deux heures, sans réponse sécuritaire, compte tenu de la difficulté d’accès de la zone », a-t-il souligné.

Un habitant de Kamitau, où il y a eu 23 morts, a rapporté à l’AFP que les gens du village ont tenté de se défendre pour récupérer leurs têtes de bétail, seul moyen de subsistance dans cette région extrêmement pauvre et reculée.

« Mais les bandits ont risposté et ont tué encore plus de personnes », raconte Alu Ibrahim.

Nouvelle cible

L’État de Sokoto, qui était pour l’instant préservé des violences, est une nouvelle cible pour ces gangs criminels qui sèment la terreur dans le nord-ouest du Nigeria, volent le bétail et le vendent dans des circuits commerciaux parallèles très lucratifs.

Le mois dernier, 43 personnes ont été tuées dans les districts de Rabah et Isa.

Le président Muhammadu Buhari a « fermement condamné » ces tueries, dans la nuit de samedi à dimanche, par la voie d’un communiqué.

« Le président s’engage à répondre avec force contre ces ennemis de l’humanité », écrit son assistant, Garba Shehu.

La situation est très préoccupante dans cette région, qui comprend les États de Katsina, Zamfara, Kaduna et Sokoto, où l’on s’inquiète noamment de l’infiltration de groupes islamistes dans ces gangs criminels devenus très puissants au cours de douze derniers mois.

Début juillet, des « bandits » vêtus de noir scandant « Allahou akbar », ont attaqué un village de Katsina à l’aide de fusils et de lance-roquettes, selon la police locale.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte