Politique

Ebola en RDC : Félix Tshisekedi prend les commandes de la « riposte »

Le chef de l’État congolais Félix Tshisekedi (ici en décembre 2018). © AFP

La conduite de la riposte anti-épidémie Ebola en République démocratique du Congo « se fait désormais sous la supervision » du chef de l'État Félix Tshisekedi, a indiqué samedi la présidence, qui « prend acte » de la décision de l'OMS de faire de l'épidémie une urgence sanitaire mondiale.

Un comité d’experts va assurer la coordination anti-Ebola « sous la direction du professeur Jean-Jacques Muyembe Tamfum », a poursuivi la présidence dans un communiqué.

Actuel directeur de l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) de Kinshasa, ce médecin congolais « a fait partie de l’équipe de recherche ayant enquêté sur la première flambée connue de maladie à virus Ebola en 1976 », peut-on lire sur le site de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Déclarée le 1er août dernier, l’épidémie de fièvre hémorragique a fait 1715 morts, principalement dans la région de Beni et Butembo (Nord-Kivu, Est), selon le dernier bulletin du ministère de la Santé samedi. L’annonce de la présidence intervient trois jours après la décision de l’OMS d’élever l’épidémie au rang « d’urgence de santé publique de portée internationale ». La RDC « prend acte » de cette décision, indique la présidence.

Peur d’une propagation du virus

Les autorités congolaises partagent les recommandations du directeur général de l’OMS « de ne pas imposer des restrictions aux voyages et au commerce ». L’OMS a elle-même pris sa décision après un premier cas diagnostiqué à Goma, la plus grande zone urbaine touchée jusqu’à présent (un à deux millions d’habitants), ville-carrefour située à la frontière avec le Rwanda. Décédé lundi lors de son transfert vers Butembo, le patient de Goma a réveillé la peur d’une propagation au-delà des principaux épicentres de Beni, Butembo et Katwa.

Jusqu’à présent, la coordination des activités anti-Ebola était confiée au ministère congolais de la Santé et au titulaire de son portefeuille, le Dr Oly Ilunga. Ce dernier est l’un des anciens médecins du père de l’actuel président, l’opposant Étienne Tshisekedi, décédé à Bruxelles le 1er février 2017. Il avait été nommé ministre en décembre 2016 par l’ancien président Joseph Kabila.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte