Santé

RDC : des restrictions de voyage entraveraient la lutte contre Ebola

Un agent de l'Organisation mondiale de la Santé se prépare à administrer un vaccin Ebola à un travailleur humanitaire à Mangina, en RDC, le 8 août 2018. © Al-hadji Kudra Maliro/AP/SIPA

Un haut responsable de la santé de l'Union africaine a mis en garde vendredi contre d'éventuelles restrictions aux voyages vers la RDC ou en provenance de ce pays, malgré le risque de propagation de l'épidémie d'Ebola.

« Nous voulons être sûrs que la communauté internationale et ses États membres en Afrique n’imposeront pas de restrictions de voyage à quiconque se rendant en République démocratique du Congo ou en sortant », a déclaré John Nkengasong, chef du Centre africain de contrôle des maladies au cours d’une conférence de presse.

Une telle mesure « entraverait notre capacité à contrôler efficacement le virus », a-t-il dit. L’épidémie d’Ebola qui a éclaté dans l’est de la RDC il y a environ un an, a fait près de 1700 morts. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié mercredi Ebola « d’urgence de santé publique de portée internationale« , un statut réservé aux épidémies les plus graves.

L’OMS a précisé jeudi qu’il n’y avait actuellement aucun cas en dehors de la RDC, mais plusieurs cas avaient été enregistrés en juin en Ouganda, dont deux avaient abouti au décès des patients. Le ministre de la Santé de la RDC, Oly Ilunga, a indiqué jeudi que les autorités ougandaises recherchaient les contacts d’un poissonnier qui a franchi la frontière pour se rendre dans le district ougandais de Kasese et a vomi quatre fois sur un marché avant de retourner en RDC où il est mort le 15 juillet.

Les autorités congolaises sont particulièrement préoccupées après le décès lundi d’un pasteur qui avait été le premier cas d’Ebola diagnostiqué à Goma, grande ville d’un million d’habitants et carrefour de communications dans la région, située à la frontière du Rwanda.

« La menace est élevée »

Les jours de marché, des dizaines de milliers de personnes se rendent de RDC en Ouganda, augmentant de ce fait la possibilité de propager le virus, a souligné John Nkengasong. « La menace est élevée. Au moment où nous parlons, il n’y a pas d’épidémie d’Ebola en Ouganda, mais le mouvement massif de population fait que cela peut arriver », a-t-il dit. En réaction à la déclaration de l’OMS, l’Union africaine envisage de déployer en RDC des membres de son organisation de volontaires, le African Voluntary Health Corps.

Face à l’insécurité qui sape les efforts menés contre l’épidémie, « nous devons faire quelque chose d’extraordinaire pour garantir la sécurité de la zone de riposte (à l’épidémie) de manière à pouvoir y mettre fin rapidement », a ajouté John Nkengasong.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte