Société

Burkina : le décès des onze personnes dans les locaux de la police, « conséquence d’une négligence » ?

Des policiers burkinabè au garde à vous lors d'une cérémonie en octobre 2018 (illustration). © DR / Police nationale Burkina Faso

Si les premiers résultats de l’enquête diligentée par les autorités burkinabè pour élucider les décès de onze personnes dans les locaux de l’Unité antidrogue à Ouagadougou ne sont pas encore connus, les autorités ont d’ores et déjà pris plusieurs mesures conservatoires. Une source proche du dossier évoque pour sa part « la conséquence d’une négligence et d’irresponsabilités ».

Alors que la mort de onze personnes détenues dans les locaux de l’Unité antidrogue de la police nationale à Ouagadougou suscite une vague d’incompréhension, voire d’indignation, au sein de l’opinion et qu’une enquête a été ouverte dans la foulée par la procureure Maiza Sérémé pour déterminer les causes de ces décès une source proche de l’enquête a affirmé à Jeune Afrique, sous couvert de l’anonymat, que « ce drame est la conséquence d’une négligence et d’une irresponsabilité ».

Selon nos informations, le commissaire de l’Unité antidrogue, Richard Bélem, a été relevé de ses fonctions à titre conservatoire, sur décision de la Direction générale de la police nationale. Un signe que les autorités suivent le dossier de très près, tandis que les conclusions de l’enquête ne sont pas encore officiellement connues.

Des autopsies en cours

Christophe Dabiré, le Premier ministre, suit de près la situation, de manière personnelle. « Le Premier ministre communique régulièrement depuis hier [lundi] avec Ousséni Compaoré, le ministre de la Sécurité, qui lui rend compte. Des décisions seront prises », assure l’entourage du chef du gouvernement, qui se refuse pour l’instant à donner plus de détail.

Les onze personnes décédées – principalement des burkinabè – étaient en garde à vue avec une trentaine d’autres détenus dans les locaux de l’Unité antidrogue de la police, chargée de lutter contre la consommation et le trafic de stupéfiants. Aucune information concernant les circonstances de leur mort, dans la nuit de dimanche à lundi, n’a pour l’instant filtré.

Ce drame rappelle les difficultés que la police rencontre dans le cas de gardes à vues de personnes droguées

Les conclusions de l’enquête en cours sont très attendues par les familles des victimes et les autorités. Lundi, la procureure s’est rendue sur les lieux accompagnée de « ses substituts et assisté des services techniques ». « Des médecins légistes ont été requis à l’effet de procéder à des examens et autopsies nécessaires »,  a assuré Maiza Sérémé dans un communiqué dans lequel elle fait également part de « ses condoléances les plus attristées aux familles éplorées ».

« On est assailli de questions. Mais ce qu’il faut dire, c’est que ce drame rappelle les difficultés que nous rencontrons, comme les problèmes d’alimentation notamment, que la police rencontre dans le cas de gardes à vues de personnes droguées », déplore un membre de l’Unapol, le syndicat de la police nationale burkinabè qui a dépêché une délégation sur place. « Dès qu’on les interpelle, c’est fini, il n’y a plus rien. Aucun parent ne vient jamais s’enquérir de leur situation », assure encore le syndicaliste.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte