Politique

RDC : combien de temps Lamuka pourra-t-elle encore tenir ?

Martin Fayulu et Jean-Pierre Bemba, lors d'un meeting à Kinshasa le 23 juin 2019. © REUTERS/Kenny Katombe

La principale coalition d'opposition congolaise joue son avenir le 24 juillet. Alors que les tensions et divergences internes sont vives au sein de Lamuka, tiraillée par les ambitions présidentielles de ses quatre leaders, la réunion inédite convoquée par Moïse Katumbi à Lubumbashi pourrait bien marquer un tournant.

Quel avenir pour la coalition Lamuka ? La question devrait être tranchée le 24 juillet prochain. Moïse Katumbi, coordonnateur de cette plateforme jusqu’à la fin du mois, a convoqué à Lumumbashi cette réunion du présidium inédite. Il s’agira de la première organisée en RDC pour les leaders de cette plateforme (Martin Fayulu, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi et Adolphe Muzito), et celle-ci s’ouvrira dans un contexte de divergences, de tensions et de méfiance entre les sociétaires de Lamuka. Signe des dissensions qui secouent la coalition, cette réunion était initialement prévue le 20 juillet, mais a finalement été repoussée au 24, et il se pourrait même qu’elle ne se tienne que le 26 juillet, selon des indiscrétions de cadres de Lamuka.

Depuis quelques semaines, chacun des leaders de Lamuka déploie sa propre stratégie politique, avec notamment en toile de fond une volonté de se positionner dès à présent pour la présidentielle de 2023. Dernier événement en date, la défection le 12 juillet de Freddy Matungulu, proposé par Félix Tshisekedi comme administrateur de la Banque africaine de développement (BAD) pour le compte de la RDC. Fin juin, Antipas Mbusa Nyamwisi avait déjà quitté Lamuka, sans grande surprise.

Ambitions présidentielles

Pour Moïse Katumbi, si le rendez-vous sera l’occasion d’évaluer la situation politique du pays et de discuter du calendrier des activités à venir, elle devra surtout permettre de déterminer la personne qui assurera la coordination tournante de Lamuka après la fin de son mandat, le 31 juillet prochain, et dont le tour revenait en théorie à Freddy Matungulu.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte