Société

[Chronique] Nicki Minaj en Arabie Saoudite : rétropédalage en mode twerk

Par

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

© Glez

La chanteuse américaine Nicki Minaj a finalement annoncé l’annulation de son concert prévu le 18 juillet en Arabie saoudite. Les railleries succèdent à l’indignation…

Pauvre Nicki Minaj ! Sans doute ignorait-t-elle que la ville de Jeddah est située en Arabie saoudite. Ou peut-être son smartphone dernier cri était-il saturé au point de filtrer les breaking news qui plombent régulièrement l’image du royaume wahabbite : assassinat de Jamal Khashoggi, crimes de guerre présumés au Yémen, ou encore discriminations à l’égard des femmes et des membres de la communauté LGBT.

C’est sur ce dernier point que les yeux de la reine du twerk se seraient ouverts. Selon ses propres mots, la rappeuse sulfureuse s’est « davantage renseignée sur le sujet ». Après avoir promis un booty shake endiablé à ses fans saoudiens, elle fait amende honorable, sur un ton qu’on ne lui connaissait guère.

Celle que les féministes dénoncent pour son comportement de « femme-objet » indique qu’elle souhaite manifester clairement son soutien « aux droits des femmes, à la communauté LGBTQ et à la liberté d’expression » malmenés en Arabie Saoudite.

Des considérations avant tout mercantiles

Même titulaires potentielles de permis de conduire, les Saoudiennes ne sont pas encore émancipées de la tutelle de leur père, mari, frère ou fils. Les homosexuels, quant à eux, encourent la peine capitale. Exit donc le projet de concert de Nicki Minaj à l’événement « Jeddah Season »…

Même caressés dans le sens du poil par le communiqué résigné de Nicki Minaj, les fans saoudiens n’ont pas dû peser lourd dans la balance

Naïveté prise en défaut ? La diva de 36 ans n’est pas née de la dernière pluie – même celle du désert saoudien. Le désengagement politique n’ayant d’égal que la stratégie communicationnelle, l’entourage de l’artiste a sans doute mesuré les dégâts potentiels de la bronca provoquée par l’annonce du concert saoudien.

C’est en espèces sonnantes et trébuchantes, en likes, en followers et en vues que le staff de la star a évalué les deux options : confirmation ou annulation du show. Même caressés dans le sens du poil par le communiqué résigné de Nicki Minaj, les fans saoudiens n’ont pas dû peser lourd dans la balance. Le seuil de « provoc » de la chanteuse outrancière ne dépasse manifestement pas l’exhibition d’un string pailleté…

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte