Politique

Sommet de l’Union africaine : l’organisation propose un envoyé spécial ONU/UA en Libye

Les chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine à Niamey pour le sommet de l'Union africaine. © Twitter officiel de l’Agence nationale pour l’organisation de la Conférence de l’Union africaine

L'UA a rendu ses conclusions après le sommet de Niamey et propose d'envoyer un émissaire conjoint ONU/UA en Libye. Le comité de haut niveau de l'organisation sur la Libye s'est également dit préoccupé par les "ingérences extérieures" dans le pays.

Le comité a « proposé la nomination d’un envoyé spécial conjoint de l’UA et des Nations unies en vue de renforcer la coordination des efforts des deux organisations, sur la base d’une feuille de route unique à élaborer par cet envoyé spécial conjoint, comme outil pour apporter un soutien unifié aux efforts de paix déployés par les Libyens », indiquent les conclusions de l’organisation.

En outre, « le Comité a exprimé sa profonde préoccupation face aux ingérences extérieures persistantes dans les affaires intérieures de la Libye, motivées par des intérêts égoïstes, qui continuent de compromettre les efforts déployés pour asseoir un cessez-le-feu permanent et inconditionnel, comme condition indispensable au dialogue et à une solution inclusive libyo-libyenne », selon l’UA.

Réunion tendue

La diffusion des conclusions de cette réunion du Comité de l’UA, qui s’est tenue à huis clos le 7 juillet, avait été vainement attendue par la presse mais aussi par des délégations africaines à l’issue du sommet qui a eu lieu du 4 au 8 juillet.

Selon une source diplomatique de l’UA, la réunion avait été « tendue ». « Les discussions ont été franches et dures. L’Égypte est favorable à une solution militaire et ne veut pas de l’initiative de l’UA. Elle fait tout pour la torpiller », avait commenté à Jeune Afrique un diplomate ayant participé à la réunion.

Boycott

Selon une autre source diplomatique, le président égyptien égyptien Abdel Fattah al-Sissi, pourtant président en exercice de l’UA et omniprésent lors du sommet, n’a pas voulu y participer, laissant son ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, y représenter l’Egypte.

Les conclusions devaient être validées par toutes les parties avant d’être diffusées, selon la même source.

La nomination d’un envoyé conjoint pour épauler l’émissaire de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé, avait été évoquée avant le sommet de Niamey.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte