Sécurité

Crise anglophone au Cameroun : pourquoi les sécessionnistes boudent la médiation suisse

Un soldat du Bataillon d'intervention rapide (BIR), à) Buea, dans le Cameroun anglophone, en octobre 2018. © REUTERS/Zohra Bensemra

Au sein du mouvement sécessionniste anglophone, le choix de la Suisse comme médiateur est loin de faire l’unanimité. À l’heure des derniers réglages avant les pourparlers prévus entre les différentes parties, Genève dénonce les manœuvres qui menacent la tenue de cette initiative, pourtant saluée par la communauté internationale.

S’achemine-t-on vers un retour à la case départ dans le processus de dialogue engagé entre le gouvernement camerounais et les sécessionnistes anglophones ? La volte-face affichée par certains acteurs de ce mouvement après l’officialisation de la médiation suisse laisse penser à cette possibilité.

Depuis quelques jours, les voix remettant en doute la neutralité du Centre pour le dialogue humanitaire (HD Centre), institution mandatée par les autorités suisses pour mener les pourparlers, se font de plus en plus entendre. Les griefs qui appuient cette position sont légion, mais la plupart se rapportent à une possible collusion entre Genève et Yaoundé.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte