CAN 2019

CAN 2019 : au bout du suspense, la Tunisie sort le Ghana aux tirs au but (1-1, 5-4)

Des supporteurs tunisiens devant un écran géant à Tunis.

Des supporteurs tunisiens devant un écran géant à Tunis. © Hassene Dridi/AP/SIPA

Mise sous pression pendant une heure par le Ghana, la Tunisie a égalisé suite à l'entrée en jeu de Wahbi Khazri en deuxième mi-temps. Les hommes d'Alain Giresse l'ont emporté aux tirs au but grâce à un arrêt de Ben Mustapha.

Après des prolongations crispantes où le Ghana avait bien failli emporter la mise sur une demi-volée de Jordan Ayew au bout du bout, soit à la 120e minute, les Tunisiens ont arraché la victoire grâce à un sans-faute lors de la séance de tirs au but. Ben Mustapha, entré à la place d’Hassen spécialement pour cet exercice si particulier, s’est révélé être le héros de tout un peuple en stoppant la frappe du Ghanéen Ekuban. Les Aigles de Carthage retrouveront Madagascar en quarts de finale la Coupe d’Afrique des nations 2019.

La Tunisie ne cède pas sous la pression

Sous pression après un premier tour raté avec trois matchs nuls et un fond de jeu très pauvre, Alain Giresse avait décidé de remanier son équipe pour ce choc face au Ghana pour le dernier des huitièmes de finale de cette CAN 2019, notamment en laissant Wahbi Khazri et Naïm Sliti sur le banc.

Des choix qui ne révolutionnaient pas le jeu des Aigles de Carthage pendant la première mi-temps. Après 10 premières minutes, les Tunisiens baissaient vite de rythme et surtout ne se créaient pas d’occasions franches face à des Ghanéens pressants. Les Black stars prenaient vite le dessus au milieu de terrain grâce à leur puissance physique. Un avantage qui leur permettait de gratter de nombreux ballons et d’ouvrir des espaces dans la défense nord-africaine.

À la 16e minute, Nuhu était tout proche d’ouvrir le score sur un corner quand sa tête heurtait le poteau tunisien. Dans la continuité de l’action le ballon revenait sur l’attaquant ghanéen Jordan Ayew, qui frappait fort sans parvenir à tromper la vigilance de Mouez Hassen, très réactif sur sa ligne.

Mais la plus grosse alerte de cette première période pour les Tunisiens arrivait à la 41e minute. Suite à un corner mal renvoyé, Thomas Partey décalait Jordan Ayew qui centrait en première intention pour son frère. André Ayew plaçait une talonnade subtile pour ouvrir le score. Mais après un instant de flottement, le but était annulé par l’arbitre pour un hors-jeu de Partey sur le début de l’action.

L’entrée décisive de Kahzri

En début de seconde période, les Ghanéens maintenaient leur pression pour tenter de faire craquer les hommes d’Alain Giresse. Èn deux minutes, Kwame Owusu mettaient deux fois le feu à la défense des Aigles de Carthage. D’abord sur une reprise de volée contrée, puis sur un centre-tir qui était stoppé de justesse par Mouez Hassen. Quelques secondes plus tard, c’est André Ayew qui expédiait une tête juste à côté du but tunisien suite à une longue touche rasante, spécialité de Wakaso.

Puis le vent tourna subitement sur la pelouse du stade d’Ismaïla. Wahbi Khazri entrait en jeu à la 68e minute à la place de Badri et changeait à lui seul la dynamique du match. Il débordait d’abord la défense tunisienne avant de voir son centre touché de la main par John Boye, sans que l’arbitre ne décide de siffler un penalty. Une minute plus tard, sur un corner, Khenissi catapultait une tête sur la barre transversale ghanéenne. Enfin, à la 73e minute, Kahzri lançait en profondeur Kechrida d’une talonnade. Ce dernier centrait au premier poteau pour Khenissi qui ouvrait le score du pied droit (1-0, 73e) !

Le malheur de Bedoui

En l’espace de cinq minutes, le match avait tourné. Mais alors que la Tunisie semblait tenir fermement sa qualification, la poisse s’en est mêlée. Entré en jeu dans le temps additionnel pour défendre l’avantage des siens, Bedoui se trompait complètement sur un coup-franc raté de Wakaso en lobant son propre gardien de la tête (1-1, 90e). Le Ghana arrachait les prolongations de justesse. La suite, on la connait.

Le choix d’Alain Giresse de remplacer le gardien titulaire Mouez Hassen par Ben Mustapha pour la séance de tirs au but s’est avéré décisif. Même si Hassen a contesté ce choix tactique en refusant de sortir du terrain pendant une poignée de secondes, c’est bien Ben Mustapha qui a arrêté le tir au but qu’il fallait pour offrir la qualification aux siens. Très critiqué en Tunisie après la phase de poules raté de ses joueurs, Alain Giresse a montré qu’il savait où il allait dans cette CAN 2019.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte