CAN 2019

CAN 2019 : l’Algérie impressionne encore face à la Guinée (3-0)

L'Algérien Bounedjah au duel avec le Guinéen Agustin, le 7 juillet au Caire. © Guinea's Falette Simon Agustin clears the ball in front of Algeria's Baghdad Bounedjah during the African Cup of Nations round of 16 soccer match between Algeria and Guinea in 30 June stadium in Cairo, Egypt, Sunday, July 7, 2019. (AP Photo/Hassan Ammar)/DV104/19188693453082//1907072121

Les Fennecs ont encore affiché une grande maîtrise pour s'imposer largement face à la Guinée en huitièmes de finale de la CAN 2019, dimanche 7 juillet au Caire.

Dans des huitièmes de finale qui ressemblent à un guet-apens pour favoris de la Coupe d’Afrique des nations 2019 avec les éliminations de l’Egypte, du Maroc ou du Cameroun, l’Algérie était prévenue en s’avançant à son tour sur la grande scène du Caire pour défier la Guinée.

Sélection la plus impressionnante de la phase de poules avec trois victoires en autant de matchs et un jeu léché, l’Algérie remettait en route le mode rouleau-compresseur dès les premières minutes de son duel face aux Guinéens. Étouffé au pressing, le Syli national peinait vite à tenir le ballon et à résister aux vagues offensives algériennes.

Une ouverture du score signée Belaïli

Auteur d’un total hallucinant de 39 buts cette saison dans le championnat du Qatar, Bounedjah mettait vite le feu dans la défense guinéenne. Il pensait ouvrir le score à la 13e minute d’un excellent enchaînement contrôle et frappe puissante du pied droit, mais l’arbitre de touche signalait un hors-jeu valable. À la 20e minute, Bounedjah manquait cette fois le cadre alors qu’il était en bonne position à six mètres du but guinéen.

Pas heureux à la finition, l’attaquant des Fennecs se montrait plus adroit dans l’avant-dernier geste. Dans un gros temps fort algérien, Belaïli s’appuyait sur Bounedjah dans la surface de réparation pour se présenter seul face à Ibrahim Koné dans un angle fermé. Belaïli ouvrait parfaitement son pied pour prendre à revers le portier guinéen (1-0, 24e). Le plus dur était fait pour l’Algérie : prendre l’avantage tôt pour ne pas laisser les Guinéens prendre confiance.

Mahrez fait le break

Menée à la mi-temps, la tâche se compliquait pour la Guinée. Le Syli national peinait à se créer des occasions face à la discipline du collectif algérien, bien huilé par le sélectionneur Djamel Belmadi. En l’espace d’une minute, Mady Camara parvenait pourtant par deux fois à amener le danger sur le but de Raïs M’Bolhi. D’abord sur une frappe pure de 25 mètres que le portier algérien déviait d’une belle claquette (55e), puis sur un tir à ras de terre qui échouait dans le petit filet (56e).

Mais les Fennecs disposent d’une myriade de talents individuels. Une poignée de secondes après ce coup de chaud sur le but algérien, Riyad Mahrez enterrait les espoirs guinéens en effaçant Sylla d’un contrôle orienté parfait à la réception d’un centre, avant de conclure d’une magnifique frappe enroulée (2-0, 57e). Le break était fait.

One, two, three, viva l’Algérie !

Impressionnante de maîtrise, l’Algérie gérait à sa main la fin de match. Djamel Belmadi pouvait même se faire souffler certains cadres et permettre aux remplaçants de montrer que les Fennecs possèdent une grande profondeur de banc. Entré à la place de Belaïli à la 77e minute, Adam Ounas se payait le luxe de marquer un troisième but pour l’Algérie en taclant un centre fuyant adressé par Youcel Atal depuis le côté droit du terrain (3-0, 82e).

Pour le moment, tout va pour le mieux pour l’Algérie dans cette CAN 2019. En quarts de finale, les Fennecs retrouveront le Mali ou la Côte d’Ivoire.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte