CAN 2019

CAN 2019 : à l’issue d’un match fou le Nigeria brise le rêve du Cameroun (3-2)

L'attaquant nigérian Odion Ighalo a inscrit un doublé face au Cameroun. © Michael Sohn/AP/SIPA

En tête à la mi-temps, les Camerounais ont craqué deux fois en seconde période. Les Lions indomptables sortent de la CAN 2019 dès les huitièmes de finale.

Qu’est-ce qui est passé par la tête de Clarence Seedorf, le sélectionneur du Cameroun, entre la 63e et la 65e minute ? Alors que ses joueurs, menés tôt par le Nigeria dans ce huitième de finale de la Coupe d’Afrique des nations 2019, avaient renversé les Super Eagles en marquant à deux reprises en quatre minutes en fin de première mi-temps et semblaient valider les choix tactiques de leur entraîneur, le château de cartes camerounais s’est effondré soudainement.

En 120 secondes, les Nigérians assommaient les Camerounais. D’abord avec Odion Ighalo qui égalisait en reprenant parfaitement une remise de la poitrine de Musa (2-2, 63e). Puis par le biais d’Iwobi, l’attaquant d’Arsenal, qui remportait son duel face à Onana après avoir été lancé en profondeur par un Ighalo dans tous les bons coups (3-2, 65e).

Le naufrage de Seedorf

Depuis le début du tournoi, le sélectionneur néerlandais du Cameroun, Clarence Seedorf, semblait tâtonner. Après une victoire convaincante en match d’ouverture face à la Guinée-Bissau (2-0), l’entraîneur des Lions indomptables avait tout changé lors du match suivant en modifiant sa ligne de défense, tout en laissant sur le banc son capitaine, Choupo-Moting. Un management qui avait plus perdu ses joueurs qu’autre chose, puisque suite à son succès initial le Cameroun avait enchaîné deux matchs nuls poussifs, contre le Ghana et le Bénin.

Face au Nigeria entraîné par Gernot Rohr, sérieux outsider de cette compétition, Seedorf décidait donc de revenir à du basique. Une ligne de défense avec quatre joueurs, dont la paire centrale composée de Banana et Ngadeu Ngadjui, et le retour de Choupo-Moting en position de milieu offensif.

Le Cameroun y a cru

Des changements qui portaient leurs fruits après un début de match pourtant raté. Plus agressif dans les duels, positionné plus haut sur le terrain, le Nigeria dominait le Cameroun dans la première demi-heure. Suite à un coup-franc indirect, Omeruo servait en retrait Ighalo, dont la frappe déviée par Banana ne laissait aucune chance à Onana (1-0, 19e).

Sans s’affoler, les Lions indomptables revenaient pourtant progressivement dans le match. Après une première action chaude sur le but nigérian initiée par Choupo-Moting (39e), c’est l’attaquant Stéphane Bahoken qui égalisait en coupant parfaitement un centre de son coéquipier Bassogog (1-1, 40e). Quatre minutes plus tard, Bahoken déviait de la tête un long ballon vers Clinton Njie. L’ailier camerounais prenait de vitesse son vis-à-vis et trompait le portier nigérian Akpeyi (2-1, 44e). En cinq minutes, le Cameroun, vainqueur de la CAN 2017, renversait le Nigeria.

Un échec pour le Cameroun

Au retour des vestiaires, le Cameroun semblait porté par une confiance nouvelle. Mais l’attaque de feu nigériane, emmenée par un Ighalo intenable, exposait finalement les faiblesses défensives des Lions indomptables. Cette élimination en huitièmes de finale marque probablement la fin de l’aventure de Clarence Seedorf à la tête de la sélection camerounaise, qui ne conservera pas son titre de champion d’Afrique.

Battu par Madagascar en phase de poule, le Nigeria de Gernot Rohr a lui affiché son potentiel et défiera l’Egypte ou l’Afrique du Sud en quarts de finale.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte