CAN 2019

CAN 2019 – Dussuyer : « C’est un grand moment pour le Bénin »

Michel Dussuyer avait déjà été coach du Bénin lors de la CAN 2010 en Angola. © Themba Hadebe/AP/SIPA

Le Bénin s’est qualifié pour la première fois de son histoire pour le second tour d’une CAN. Avant d’affronter le Maroc vendredi, Michel Dussuyer, le sélectionneur des Ecureuils, a accepté de parler de son équipe et de son adversaire.

Jeune Afrique : Avez-vous eu, avec le staff et les joueurs, le temps de savourer cette qualification historique ?

Michel Dussuyer : Pas vraiment. Nous avons joué mardi en fin de journée face au Cameroun (0-0), et nous rejouons vendredi. On a un peu décompressé le soir du match, bien sûr, mais comme nous avons dû quitter Ismaïlia pour rejoindre Le Caire et nous projeter sur le match contre le Maroc, le temps nous est compté. Mais je suis vraiment très fier des joueurs, car nous étions dans un groupe compliqué, avec également le Ghana et la Guinée-Bissau. On se qualifie certes sans avoir gagné, mais également sans avoir perdu.

Cette qualification est un événement que les Béninois ont dignement fêté…

Oui, nous avons appris qu’il y a avait eu des scènes de liesse au Bénin. C’est un grand moment pour le pays. En 2010 en Angola, le Bénin avait été éliminé au premier tour [Dussuyer, alors sélectionneur, avait été limogé, NDLR], et pour son retour en phase finale, il se qualifie. Si on est en huitième de finale, c’est tout sauf un hasard. L’équipe a montré des vraies valeurs collectives. On a produit un jeu intéressant face au Ghana (2-2). J’aurais aimé qu’on batte la Guinée-Bissau (0-0), car nous en avions la possibilité. Et face au Cameroun, sachant qu’un point nous suffisait, on a su s’accrocher, s’arc-bouter, pour obtenir ce résultat.

Votre CAN est-elle déjà réussie ?

Elle l’est. Mais cela ne veut pas dire que nous allons nous en contenter. Je ne vais pas vous surprendre en vous disant que le Maroc est favori. On va tout faire pour mettre cette équipe en difficulté, et jouer sans complexes. Nous avons montré au premier tour, mais également lors des qualifications, notamment contre l’Algérie (1-0) et le Togo (2-1), que nous avions aussi des arguments. Ils sont d’abord collectifs. Mais nous avons aussi un leader technique comme Stéphane Sessegnon, notre capitaine, qui est forcément un atout pour nous. Mais attention, on sait qui nous sommes, on sait d’où on vient.

Parlez-nous du Maroc…

Il était considéré comme un des favoris de la CAN. C’est une équipe qui met beaucoup d’intensité, qui dispose d’un milieu de terrain de haut niveau, et de joueurs techniques. Elle encaisse très peu de buts, et trouve toujours le moyen de marquer celui qui fait la différence. Nous savons que nous n’aurons sans doute pas beaucoup d’occasions. Le Maroc a bénéficié d’un jour de récupération en plus, puisqu’il a joué lundi contre l’Afrique du Sud (1-0), et comme il était qualifié, Hervé Renard a pu faire tourner son effectif. Ça compte, à ce niveau…

Quelles sont vos relations avec Hervé Renard ?

Très bonnes. Je l’ai vu arriver à Cannes, au centre de formation, quand j’étais dans ce club. On se connaît depuis longtemps, il y a un respect mutuel entre nous. Je lui ai succédé en Côte d’Ivoire, où il a laissé une grande trace. Il fait du très bon travail au Maroc, dont il a fait une des meilleures équipes du continent africain.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte