Archives

La semaine (du 14 au 20 octobre)

Madagascar
Pierrot Rajaonarivelo disqualifié
La Haute Cour constitutionnelle (HCC) de Madagascar a rejeté, le 18 octobre, la candidature de Pierrot Rajaonarivelo à la présidentielle du 3 décembre prochain. Motif invoqué : dans le dossier qu’il a déposé, sa déclaration de candidature « est revêtue d’une signature légalisée par une personnalité autre que l’autorité désignée par les textes en vigueur », explique la HCC. Depuis le 7 octobre, l’ancien vice-Premier ministre de Ratsiraka, exilé à Paris depuis quatre ans (voir aussi p. 9), a vainement tenté, à plusieurs reprises, de rallier la Grande Île. Jugé par deux fois pour malversations dans la gestion des fonds publics, il s’est vu infliger quinze ans de travaux forcés.

Affaire Katsav
Poutine se lâche
La visite du Premier ministre israélien Ehoud Olmert au président russe Vladimir Poutine, le 18 octobre, à Moscou, a donné l’occasion de connaître l’avis de ce dernier sur le scandale sexuel qui touche actuellement le chef de l’État hébreu, Moshe Katsav. Alors qu’un micro était resté ouvert à l’issue de la conférence de presse donnée par les deux dirigeants, Poutine a lancé, selon le quotidien russe Kommersant : « Il a violé dix femmes, je n’aurais jamais imaginé cela de lui. Il nous a tous surpris et nous l’envions tous. » Une enquête menée par la police israélienne accuse Moshe Katsav de viol et de harcèlement sexuel sur plusieurs de ses anciennes collaboratrices (voir pp. 20-21).

Mozambique
Samora Machel célébré
Les Mozambicains ont rendu hommage, le 19 octobre, à Samora Machel, le premier président du Mozambique indépendant, décédé dans le crash de son Tupolev-134 il y a tout juste vingt ans. À Mbuzini, la localité d’Afrique du Sud où son avion s’est écrasé, plusieurs milliers de personnes ont assisté au discours prononcé par l’actuel président Armando Guebuza, qui accuse l’ancien régime raciste de Pretoria d’avoir commandité le meurtre. La veuve de Machel, Graça, remariée à l’ancien chef de l’État sud-africain Nelson Mandela, était présente lors de la cérémonie.

Ethiopie
Sanglantes élections en 2005
Près de 200 personnes manifestant contre de possibles fraudes au lendemain des élections générales éthiopiennes de mai 2005 ont été tuées arbitrairement, soutient un rapport publié, le 18 octobre, par la commission nationale d’enquête chargée de faire la lumière sur ces événements. « Ces manifestants étaient désarmés. [] C’était un massacre », a souligné son président, le député Wolde-Michael Meshesha, au terme d’une enquête de six mois réalisée auprès de 600 personnes. Le Premier ministre Mélès Zenawi n’a pas réagi, alors que les chiffres officiels n’évoquaient qu’une soixantaine de morts.

RD Congo
Candidats héliportés par l’ONU
Le 19 octobre, la Mission des Nations unies en RD Congo (Monuc) a mis deux hélicoptères à la disposition des candidats qualifiés pour le second tour de la présidentielle. La Commission électorale indépendante (CEI) a justifié cette décision par « la brièveté de la campagne [qui a commencé le 13 octobre à minuit, ndlr] et les énormes contraintes logistiques de déplacement » dans cet immense pays privé d’infrastructures. La CEI précise qu’elle souhaite « garantir un traitement égal » aux deux concurrents, après la destruction de l’hélicoptère privé de Jean-Pierre Bemba, le 21 août, lors d’affrontements entre des militaires fidèles au président Kabila et la garde rapprochée de son challengeur.

Soudan
Le représentant de l’ONU non grata
L’armée soudanaise a demandé, le 20 octobre, le départ de l’émissaire spécial de l’Onu au Soudan, Jan Pronk, « pour s’être ingéré dans les affaires de l’armée ». Deux jours auparavant, il avait déclaré que les troupes soudanaises avait perdu deux combats au Darfour avec de lourdes pertes. « Pronk n’est pas la bonne cible, car il offre une chance au dialogue », a estimé David Triesman, le sous-secrétaire d’État britannique en charge de l’Afrique, en visite à Paris. Sur les mesures envisagées pour convaincre Khartoum d’accepter l’envoi de Casques bleus au Darfour, « tout reste ouvert », a-t-il ajouté.

Libye
Les chômeurs indemnisés
À compter de la fin du mois d’octobre, la Libye versera des allocations-chômage à ses habitants à la recherche d’un emploi. Annoncée le 18 octobre, la mesure est destinée en priorité aux diplômés-chômeurs, mais profitera également aux employés des secteurs public et privé ayant perdu leur travail pour des raisons économiques ou administratives, notamment. Ces allocations seront dégagées par le Fonds national pour l’emploi créé cette année et seront financées grâce à la forte hausse des recettes pétrolières du pays.

Sénégal
Croissance en berne
Le ministère sénégalais de l’Économie et des Finances a révisé à la baisse sa prévision de croissance pour 2006. Le PIB n’augmentera que de 3 % à 4 % cette année, contre 5,5 % l’an passé. Un ralentissement qui s’explique par la flambée des prix du pétrole. Fin juillet, à Dakar, le président Wade avait déclaré que « la facture pétrolière du Sénégal a plus que doublé en tre 2002 et 2005, passant de 200 milliards à 400 milliards de F CFA ».

Palestine
Propriétés pas très privées
43 % de la surface totale des 102 avant-postes israéliens implantés en Cisjordanie et dans la bande de Gaza sont construits sur des terrains privés palestiniens, montre une étude récemment publiée par l’association pacifiste israélienne Peace Now. Soixante-quinze d’entre eux sont concernés, en partie ou en totalité. Le rapport Sasson, du nom de la procureure israélienne qui l’a rédigé, précise pourtant que cette pratique est « absolument interdite » et constitue, dans certains cas, « un acte criminel ».

Investissement
Les pays arabes aiment l’Algérie
Plus de la moitié des investissements directs étrangers (IDE), hors hydrocarbures, réalisés en Algérie proviennent des pays arabes, selon une étude du bureau britannique Oxford Business. Les secteurs privilégiés sont les télécoms, la construction immobilière et les infrastructures touristiques. L’Égypte, l’Arabie saoudite et le Koweït forment le tiercé gagnant des investisseurs. Le groupe émirati Emaar pourrait toutefois venir perturber prochainement ce classement. Il aurait en effet soumis un gigantesque projet de réhabilitation de la baie d’Alger, d’un montant de 25 milliards de dollars environ.

Nigeria
État d’urgence dans le Sud-Ouest
Le président nigérian Olusegun Obasanjo a décrété l’état d’urgence dans l’État d’Ekiti, dans le sud-ouest du pays, le 19 octobre. Sa décision fait suite à la nomination d’un gouverneur intérimaire par le Parlement local, en remplacement de Ayo Fayose, limogé pour soupçons de corruption. Mais une telle procédure n’étant pas prévue par la Constitution, le chef de l’État a décidé de réagir pour « sauver la démocratie » et éviter « un dangereux précédent qui pourrait conduire à une faillite de l’ordre public ». L’état d’urgence, qui prévoit la suspension du Parlement local, devrait durer jusqu’aux élections – présidentielle et législatives – d’avril 2007.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte