CAN 2019

CAN 2019 : la Côte d’Ivoire écrase la Namibie (4-1) et file en 8e de finale

L'attaquant ivoirien Wilfried Zaha s'empare du ballon, le 1er juillet 2019 au Caire.

L'attaquant ivoirien Wilfried Zaha s'empare du ballon, le 1er juillet 2019 au Caire. © Hassan Ammar/AP/SIPA

Longtemps sans imagination, la Côte d'Ivoire est parvenue à se défaire de faibles Namibiens en fin de match. Les Éléphants terminent deuxième de leur poule derrière le Maroc, qui a battu l'Afrique du Sud.

Dominée plus nettement que ne le disait le score par le Maroc lors du deuxième match de poule (1-0), la Côte d’Ivoire présentait une composition d’équipe chamboulée au coup d’envoi d’une rencontre décisive face à la Namibie dans la course à la qualification pour les huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des nations 2019.

Le sélectionneur Ibrahima Kamara avait en effet décidé de procéder à trois changements dans son secteur offensif, très décevant face au Maroc. Dans ce jeu de chaises musicales Jean-Michaël Seri, Jonathan Kodjia et Nicolas Pépé laissaient leur place à Wilfried Zaha, Wilfried Bony et Jean-Philippe Gbamin.

Un début de match manqué

C’était pourtant les Namibiens, derniers de ce groupe D au coup d’envoi, qui bousculaient les Éléphants en début de partie. Après une première série d’alertes, Peter Shalulile était tout près de jeter un grand froid dans le camp ivoirien sur une reprise de la tête qui échouait à quelques centimètres du poteau de Sylvain Gbohouo (20e). Quatre minutes plus tard, Shalulie trouvait cette fois le cadre d’une belle reprise de volée, mais Mamadou Bagayoko, le remplaçant de Serge Aurier blessé sur le flanc droit de la défense, dégageait le ballon sur sa ligne de but (24e).

Fébrile en défense, la Côte d’Ivoire était sans imagination offensive dans cette première demi-heure. Il fallait finalement une énorme erreur de Loydt Kazapua, le gardien namibien, qui manquait sa prise de balle sur un long ballon sans danger, pour offrir une énorme opportunité aux coéquipiers du capitaine Serey Dié. Mais Wilfried Bony, qui se ruait le premier sur le ballon perdu par Kazapua, voyait à deux reprises ses tirs repoussés par le gardien namibien qui réagissait très vite après sa maladresse.

Le but qui vaut de l’or de Gradel

Une occasion manquée qui réveillait enfin les Éléphants, soudain témoins des faiblesses namibiennes. À la 40e minute, Franck Kessié, le milieu de terrain de l’AC Milan, lançait Max-Alain Gradel derrière la défense des Brave Warriors. L’attaquant ivoirien, d’une frappe croisée et puissante, ouvrait le score (1-0, 40e). Un avantage pas vraiment mérité pour la sélection ivoirienne, mais très précieux. Avec ce score à la pause, la Côte d’Ivoire assurait sa présence en huitièmes de finale.

Cet avantage au tableau d’affichage rassurait les Ivoiriens. Après un début de seconde mi-temps sans trop de rythme, les Éléphants accéléraient le tempo et débordaient des Namibiens pris de vitesse. Le capitaine Serey Dié s’offrait un joli cadeau en inscrivant d’une frappe lointaine contrée par un défenseur son deuxième but en sélection (2-0, 58e). Le break était fait pour les hommes d’Ibrahima Kamara qui affichaient enfin leur supériorité sur une faible équipe namibienne.

Les Éléphants se font peur

On pensait voir les Ivoiriens se diriger vers une fin de rencontre tranquille. Mais sur un dégagement au pied, Sylvain Gbohouo se ratait complètement et relançait directement dans les pieds de Kamatuka, l’attaquant des Brave Warriors. Ce dernier éliminait et Kanon et Traoré et s’en allait inscrire le premier but de la Namibie dans le tournoi (2-1, 71e).

Dans une fin de match crispante, Wilfried Zaha libérait finalement les supporteurs ivoiriens présents dans les tribunes du stade du Caire. À la réception d’un bon service de Maxwell Cornet, saignant pour son entrée en jeu, l’attaquant de Crystal Palace prenait à revers la défense namibienne et pliait le match (3-1, 84e). Les Ivoiriens, euphoriques, se lâchaient et Cornet, décidément très convaincant, ajoutait un nouveau but (4-1, 89e).

Pas géniale, mais réaliste, cette Côte d’Ivoire a su faire preuve de réalisme et de solidité pour assurer sa place en huitièmes de finale. Une autre compétition débute maintenant.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte