CAN 2019

CAN 2019 : le Cameroun affiche sa solidité face au Ghana (0-0)

Une supportrice du Cameroun

Une supportrice du Cameroun © Thanassis Stavrakis/AP/SIPA

Les Lions indomptables ont dominé ce choc du groupe F, sans parvenir toutefois à faire plier le Ghana. Ce match nul leur permet de conserver la tête de leur poule.

Un choc entre le Ghana et le Cameroun, c’est un duel entre titans du football africain. À eux deux, les Lions indomptables et les Black Stars ont remporté 9 Coupe d’Afrique des nations (4 pour le Ghana et 5 pour le Cameroun), dont la dernière en 2017 pour les joueurs de Yaoundé.

Sur la pelouse du stade d’Ismaïlia samedi 29 juin en début de soirée, les deux formations s’affrontaient pour la suprématie du groupe F, même si après son match nul face au Bénin (2-2) le Ghana des frères Ayew n’avait déjà plus trop le droit à l’erreur, contrairement à une équipe camerounaise rassurée par son net succès face à la Guinée-Bissau (2-0).

Une première mi-temps à yo-yo

Le début de rencontre était à l’avantage des Ghanéens. À la 9e minute, Kassim Nuhu était servi en retrait par John Mensah dans une position idéale, mais le défenseur d’Hoffenheim ouvrait trop son pied et le ballon s’envolait au-dessus de la cage camerounaise. Trois minutes plus tard, Christian Atsu décochait une frappe qui frôlait le poteau d’André Onana. Malchanceux, le milieu offensif ghanéen se blessait à la cuisse sur cette tentative et cédait sa place dans la foulée à Owusu.

Une mise en bouche sans suite. Le rythme du match diminuait, ronronnait même pendant vingt minutes. Après ce temps mort, c’était cette fois le Cameroun qui prenait les rênes de la partie en remportant plus de duels au milieu de terrain et en déstabilisant la défense ghanéenne grâce à la vitesse de ses joueurs offensifs, à l’image de cette action en une touche de balle où Toto Ekambi était lancé seul face au but mais repris au dernier moment par Jonanthan Mensah (32e).

C’était ensuite Clinton Njie qui prenait sa chance sur une frappe puissante dans un angle fermé (36e), puis surtout Bassogog qui s’ouvrait le chemin du but suite à une combinaison brillante avec Toto Ekambi au milieu de la défense des Black Stars (41e). Ofori veillait sur sa ligne et sauvait par deux fois le Ghana sur sa ligne.

L’erreur presque fatale de Kana Biyik

Ce score nul à la mi-temps favorisait le Cameroun dans l’optique de la première place du groupe. Mais dans le second acte, le Ghana n’a pas semblé vouloir pousser pour essayer d’arracher la victoire. De retour des vestiaires, le match restait bloqué. Les deux équipes ne se livraient pas et le jeu était cantonné au milieu de terrain sans réelles occasions.

Le sélectionneur des Lions, Clarence Seedorf, tentait de changer quelque chose en remplaçant Toto-Ekambi, de plus en plus effacé au fil des minutes, par Choupo-Moting, l’attaquant du Paris Saint-Germain. Un coup de poker pas loin de fonctionner. Une minute après son entrée au jeu, Choupo-Moting initiait une action qui se terminait par une volée puissante de Bassogog. Mais une fois de plus, c’est Jonathan Mensah, impérial pendant toute la soirée, qui plaçait son corps en opposition pour détourner la frappe.

Très solide et légèrement supérieur au Ghana dans le jeu, le Cameroun semblait se diriger vers un match nul maîtrisé pour renforcer son leadership dans ce groupe F. Mais en toute fin de match, une passe ratée de Kana Biyik manquait de couler son équipe. Tout juste entrée en jeu, le Ghanéen Kwabena récupérait le ballon et se présentait seul face à Onana. Par manque de lucidité, il oubliait de servir Jordan Ayew absolument seul et frappait sur la balle transversale camerounaise (87e). Un énorme ouf de soulagement pour le banc camerounais qui pouvait finalement lever les bras après cette bonne opération comptable.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte