CAN 2019

CAN 2019 : une dernière chance pour la RD Congo face au Zimbabwe

Matampi a encaissé deux buts face à l'Egypte, le 26 juin au Caire.

Matampi a encaissé deux buts face à l'Egypte, le 26 juin au Caire. © Hassan Ammar/AP/SIPA

Les Léopards ont perdu leurs deux premiers matchs de poule dans cette CAN 2019. Un début de compétition raté pour plusieurs raisons.

La première surprise de la Coupe d’Afrique des nations 2019 est tombée sur la tête de la République démocratique du Congo. Favoris face à l’Ouganda pour leur premier match de poule, le 22 juin au Caire, les Léopards ont chuté face à l’équipe d’Afrique de l’Est, qui depuis sa finale perdue lors de l’édition 1978 n’avait plus jamais franchi le premier tour de la compétition.

Pourtant, Les Grues, le surnom des joueurs ougandais, ont dominé nettement des Léopards sans griffes (2-0). Une défaite logique à la vue de la faible prestation collective des Congolais qui a mis un bon coup sur la tête des hommes du sélectionneur Florent Ibenge, lesquels se voyaient tenir un rôle d’outsider dans cette CAN égyptienne.

Un collectif qui prend l’eau

« Je rappelle que le Congo s’est qualifié difficilement pour cette CAN en terminant deuxième de son groupe derrière le Zimbabwe. Cette équipe est capable du meilleur comme du pire et face à l’Ouganda on a vu le pire. Je n’ai pas vu un vrai collectif sur le terrain. Chacun jouait sa participation individuelle » juge sévèrement Hérita Ilunga, ancien international congolais.

Après cette défaite initiale, les coéquipiers de Trésor Mputu ont de nouveau chuté cette fois sans démériter face à l’Egypte, pays organisateur et grand favori de ce tournoi (2-0). Les Léopards ont fait jeu égal avec les Pharaons au cours d’un match intense, mais au contraire de leur adversaire, ils ont manqué de réalisme devant le but.

Cédric Bakambu peu en vue

La faute à Cédric Bakambu ? La star de l’équipe congolaise, qui évolue en Chine et qui avait marqué le but de la qualification pour la CAN face au Liberia, déçoit pour le moment avec trop de déchet dans le dernier geste, notamment face à l’Egypte. Mais pour Hérita Ilunga, Bakambu n’est pas assez bien servi par ses partenaires. « Il ne peut rien faire tout seul. Il faut que ses coéquipiers l’aident. Dans cette équipe congolaise, il manque un joueur capable de faire le bon décalage, la bonne passe pour l’attaquant », pointe sévèrement l’ancien Léopard.

Dernier du groupe A avec zéro point après deux journées, la RD Congo ne peut plus terminer en deuxième position. Mais les hommes de Florent Ibenge peuvent toujours se qualifier parmi les meilleurs troisièmes. À condition de battre le Zimbabwe et si possible avec plusieurs buts d’écart. Réponse dimanche 30 juin au Caire.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte