Politique

Soudan : l’Union africaine et l’Éthiopie proposent un nouveau plan de transition

Des manifestants à Khartoum, capitale du Soudan, le 9 avril 2019.

Des manifestants à Khartoum, capitale du Soudan, le 9 avril 2019. © AP / SIPA

Une nouvelle initiative de transition a été présentée jeudi aux contestataires soudanais par les médiateurs de l’Éthiopie et de l’Union africaine (UA), tandis que le bras de fer avec les militaires se poursuit.

Le nouveau plan prévoit toujours une instance de transition constituée de huit civils et sept militaires. Sur les huit civils, sept seraient issus de  l’Alliance pour la Liberté et le changement (ALC), fer de lance de la contestation, tandis que le dernier serait choisi par les deux camps.

Cette instance sera présidée par un des militaires pendant 18 mois, avant qu’un civil ne prenne la relève jusqu’à la fin de la transition, qui doit durer au total trois ans, d’après le document présenté par les médiateurs.

Nouvelle proposition

« Nous examinons actuellement la proposition avant de prendre une décision à son sujet », a précisé l’ALC, qui a reçu le projet d’accord dans la journée de jeudi. Le Conseil militaire n’a pas communiqué à ce sujet. Les négociations entre la contestation et le Conseil militaire de transition, qui dirige le pays depuis la destitution en avril du président Omar el-Béchir, doivent dessiner la future période de transition après 30 ans de régime autoritaire.

Quota de 67 %

Le nouveau texte présente une différence majeure par rapport à la version précédente. Il n’évoque plus le quota de 67% alloué à l’ALC au sein du conseil législatif, qui va faire office de Parlement de transition. Ce pourcentage avait été accepté par les deux parties avant la rupture des négociations le 20 mai, mais il a été critiqué ces dernières semaines par le Conseil militaire, qui demandait sa révision.

Une fois l’accord accepté et signé, les deux camps « reprendront les négociations » et finaliseront « les questions en suspens, notamment la formation du Conseil législatif », précise le texte de la proposition éthiopienne-UA.

Les chefs de la contestation ont appelé à une mobilisation de masse dimanche 30 juin. C’est le premier appel de cette envergure depuis la dispersion dans le sang le 3 juin d’un sit-in de manifestants installé devant le QG de l’armée à Khartoum durant des semaines.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte