CAN 2019

CAN 2019 : l’Algérie l’emporte sur le Sénégal et se qualifie pour les huitièmes de finale

L'Algérie n'a pas manqué de réalisme contrairement au Sénégal dans ce match de la poule C de la CAN 2019 au Caire, le 27 juin. © Ariel Schalit/AP/SIPA

Grâce à un but de Belaïli en début de seconde période, l’Algérie a dominé le Sénégal à l’occasion d’un match au sommet décevant, et s’est qualifiée pour les huitièmes de finale. Mais les Lions auraient dû bénéficier d’un penalty… (voir le résumé vidéo en fin d'article)

L’Algérie a pris sa revanche. Il y a deux ans et demi, à cause d’un match nul (2-2) concédé lors de la troisième journée, elle avait quitté le Gabon, laissant son adversaire du jour et son voisin tunisien poursuivre leur route. Cette année, on ne sait pas encore jusqu’où les Fennecs seront capables d’aller, mais ils sont désormais certains d’étirer leur séjour en Egypte au moins jusqu’aux huitièmes de finale.

Ils le doivent nommément à Youcef Belaïli, le milieu de terrain de l’Espérance Tunis, auteur du seul but de la partie, au tout début de la seconde période. Un but bien construit, amorcé par Mahrez, relayé par un bon centre en retrait de Feghouli, sur lequel Belaïli, après un contrôle utile, expédie une frappe sèche et précise du pied droit qui ne laisse aucune chance à Mendy (1-0).

Les Algériens, qui se sont procurés les meilleures occasions notamment par Bounedjah (14e, 27e, 45e) Belaïli, déjà, (16e), et un peu plus tard par Mahrez (70e), n’ont pas volé leur victoire. Mais ils ont aussi bénéficié d’un coup de main de l’arbitre zambien Janny Sikazwe, qui aurait dû accorder un penalty à Sadio Mané, bousculé dans la même fraction de seconde par Bensebaïni et Guedioura (71e). Et aussi des défaillances sénégalaises, beaucoup trop nombreuses pour espérer quelque chose.

Nombreux coups de pied arrêtés

C’est vrai, les Lions étaient privés de Gueye et de Sarr, des absences compensées par le retour de Mané. Mais – et par honnêteté intellectuelle, ils ne pourront pas nous démentir – ils ont trop mal exploité les nombreux coups de pied arrêtés dont ils ont bénéficié, grâce, parfois, à la nervosité manifestée par quelques joueurs algériens.

Le penalty refusé à Mané, bien sûr, laissera des traces, mais les joueurs sénégalais, qui avaient tiré vingt-quatre fois au but face à la Tanzanie (2-0), ont vraiment attendu d’être menés au score pour prendre de vraies initiatives, et donc se montrer dangereux. On pense notamment à ce tir de Sabaly, repoussé par Mbolhi, et que Diagne, pourtant bien placé, n’a pas su reprendre comme il le fallait. Ou encore à cette situation où Bounedjah, l’attaquant algérien, fût à deux doigts de marquer contre son camp (89e).

Et puis, avouons-le, ce premier grand choc de la CAN n’a pas accouché d’un spectacle inoubliable. Cinquante-deux fautes ont été sifflés, le jeu a été haché, et les occasions de s’enflammer ont été rares. Mais pour les Algériens, l’essentiel est ailleurs : ils sont qualifiés pour le tour suivant. Le Sénégal, quant à lui, devra se reprendre face au Kenya…

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte