CAN 2019

CAN 2019 : Sénégal-Algérie, le choc des prétendants

L'Algérien Baghdad Bounedjah et le Sénégalais Keita Balde célèbrent leurs buts lors de la première journée de la phase de poules de la CAN 2019 en Égypte. © Hassan Ammar/AP/SIPA

L’Algérie et le Sénégal ont débuté leur CAN 2019 en battant respectivement le Kenya et la Tanzanie sur le même score (2-0), et en laissant une bonne impression. Un avant-goût prometteur au moment des retrouvailles entre les deux sélections, jeudi soir au Caire.

C’est un peu comme un vieux couple toujours partant pour se retrouver dans les grandes occasions. Entre le Sénégal et l’Algérie, c’est une histoire qui dure, surtout depuis la demi-finale de la CAN 1990, remportée par les Verts à Alger (2-1), quelques jours avant leur premier sacre continental. Les deux équipes se croisent aussi à l’occasion en matches amicaux, mais avec une nette préférence pour tout ce qui brille. Il y a deux ans au Gabon, cela s’était terminé par un match nul (2-2) aux conséquences définitives pour les Fennecs, éjectés de la compétition dès le premier tour. Deux ans plus tôt, à Malabo, et déjà à l’occasion du troisième match du premier tour, l’Algérie avait foudroyé les Lions (2-0), les obligeant à quitter la Guinée équatoriale un peu plus tôt que prévu.

On ne fera pas, car le sujet n’est pas là, l’inventaire des autres confrontations, notamment en éliminatoires de la Coupe du monde 2002 ou 2010. Jeudi soir au Caire, dans un stade du 30-Juin qu’on aimerait voir bien garni, ces équipes aux ambitions certaines, que leurs sélectionneurs respectifs, Aliou Cissé et Djamel Belmadi, tentent de minimiser avec plus ou moins de succès, vont se défier avec comme objectif la victoire.

Cela ne signifierait rien d’autre, pour l’heureux vainqueur – s’il y en a un – qu’une qualification pour les huitièmes de finale, en attendant la troisième journée. Ce serait bien le minimum : le Sénégal et l’Algérie ont de belles têtes de vainqueurs. Même si la vérité d’un match peut être rapidement balayée par celle du suivant, ce que ces deux gros bras du continent africain savent parfaitement.

Migné : « Ce sont deux candidats au titre »

Sébastien Migné, le sélectionneur français du Kenya, était aux premières loges pour se faire une opinion de l’Algérie. Et elle est plutôt bonne. « Cette équipe m’a impressionné. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu une formation aussi complète sur le continent. Techniquement, c’est très fort, mais ça, on le savait, notamment avec Mahrez. Mais c’est au niveau athlétique que j’ai été surpris, c’est vraiment très fort », explique le coach de Harambee Stars.

« Dans le domaine offensif, l’Algérie possède de vraies armes. Bounedjah, qui a marqué contre nous, est à mon avis un des meilleurs attaquants d’Afrique. Et quand vous pensez que sur le banc, il y avait Delort et Slimani, cela donne une idée des choix qui s’offrent à Belmadi. »

Dans le domaine offensif, le Sénégal n’est pas le plus à plaindre, surtout avec le retour de Sadio Mané, suspendu face à la Tanzanie. « Aliou Cissé va devoir trancher car entre Mané, Niang, Sarr, Baldé et Diagne, il y a du monde », poursuit Migné, également séduit par ce qu’ont montré les Lions de la Teranga.

« C’est une équipe complète dans toutes les lignes, puissante, et qui a trouvé avec Mendy un très bon gardien. Il y avait peut-être un peu moins de liant collectif que du côté algérien lors du premier match, mais pour moi, le Sénégal est, comme l’Algérie, un des deux principaux candidats au titre. » Et ça, tout le monde le sait déjà. Belmadi et Cissé les premiers…

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte