Sécurité

Massacres dans le centre du Mali : pourquoi l’armée ne parvient pas à protéger la population

Les stigmates de l'attaque contre le village dogon de Sobane Da, dans le centre du Mali, le 9 juin 2019. © REUTERS/Malick Konate

Pas une semaine ne passe sans que le centre du Mali ne soit le théâtre d'un nouveau massacre de civils. À chaque fois, les témoins dressent le même constat : l’armée censée repousser les assaillants n’arrive qu’après le départ de ces derniers.

La litanie des massacres qui endeuillent le centre du Mali semble ne pas vouloir s’arrêter. Dimanche 30 juin, ce sont les villages peuls de Bidi, Sankoro et Saran, situés près de la frontière burkinabè, qui ont été la cible d’une nouvelle attaque, menée par des hommes armés pour le moment non identifiés, qui ont abattu 23 civils et fait de nombreux blessés, selon Cheick Harouna Sankaré, maire de la commune de Ouonkoro, où se trouve les villages attaqués. Et l’édile, interrogé par Jeune Afrique, de marteler : « La situation est grave, j’ai pourtant averti l’armée de la présence de dozos [chasseurs traditionnels dogons, ndlr] autour des villages avant l’attaque. L’armée doit agir pour sécuriser les populations ». Une plainte qui, malgré les promesses des responsables politiques et de la hiérarchie militaire, est devenue récurrente.

Douze heures pour arriver sur les lieux

Boubou Cissé, le Premier ministre malien (au centre), prie sur les tombes des victimes de la tuerie de Sobane, lors d'une visite sur place le 11 juin 2019. © DR / Primature du Mali

Le lendemain matin, le ministère de la Sécurité intérieure n’avait même pas été informé de cette attaque, assure un proche du ministre

Au lendemain de l’attaque du village dogon de Sobane Da, dans la commune de Sangha, le 9 juin dernier, Ali Tolo, le maire de la commune, avait également pointé ce retard de l’armée. Premier à se rendre sur le lieu du massacre, il y a découvert l’horreur d’une tuerie ayant coûté la vie à au moins 35 personnes – le bilan initial faisait état de 95 morts. Des images qui ne le quittent plus.

Un bébé sans vie, toujours attaché par un pagne au dos de sa mère, dont le corps inanimé gît au sol. « Il me semble que la balle a d’abord atteint l’enfant avant de ressortir par la poitrine de sa mère », détaille Ali Tolo. Quelques pas plus loin, dans une autre case du village, des corps calcinés s’entassent. « C’est peut-être une famille qui a été regroupée là avant d’être brûlée vive », avance-t-il.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte