Société

Reportage au Sanwi, le royaume ivoirien des ancêtres de Michael Jackson qui se rêve en Monaco de l’Afrique

Le roi Amon N'DouffouV. Roi du Royaume du Sanwi pose dans sa villa à l'est de la Côte d'Ivoire. © Michaël Zumstein

Dix ans après la mort de Michael Jackson, son souvenir est encore vivace à Krindjabo, la capitale du Sanwi, ce royaume akan qui a fait du roi de la pop un prince. Et si l’ancienne cour royale est aujourd’hui à l’abandon, le roi Amon N'Douffou V n’a rien perdu de ses ambitions et se prévaut toujours d’un traité de protectorat avec les colons français.

Krindjabo est un village traversé par quelques pistes de terre bordées de modestes commerces. Un village de quelques centaines d’âmes qui semble vivre au ralenti, écrasé ce jour-là par un soleil de plomb. Des groupes d’enfants sortent d’une habitation pour s’abriter dans une autre, une poignée de jeunes vident des bouteilles de bière près du majestueux « arbre sacré », tandis que trois amies jouent aux dés quelques mètres plus loin pour tuer le temps, faute de clients dans leur échoppe.

L’ancienne cour royale est à l’abandon. Le bâtiment principal délabré est tacheté par endroits de moisissures, la végétation a peu à peu repris ses droits. Krindjabo n’en demeure pas moins une capitale royale, celle du royaume du Sanwi, un territoire Akan d’environ 8 000 kilomètres carré, situé à l’extrême sud-est de la Côte d’Ivoire, face au golfe de Guinée. Une capitale marquée par la venue de Michael Jackson en 1992, roi de la pop fait « prince » sous le nom d’Amalaman Anoh, qui avait ici retrouvé ses racines après des recherches généalogiques et dont on célèbre aujourd’hui les dix ans de la disparition.

De Louis XIV à Notre-Dame-de-Paris

Le roi du Sanwi, Amon N’Douffou V, reçoit dans sa résidence privée, en attendant de trouver le financement pour se doter d’une nouvelle cour ou réhabiliter l’autre. La cérémonie est protocolaire. On se lève quand il entre dans la pièce et s’installe sur un trône légèrement surélevé, vêtu d’un pagne jaune et blanc à motifs et paré d’une couronne ainsi que d’un très imposant collier d’or.

Un dé de rhum est servi pour souhaiter la bienvenu aux hôtes. Amon N’Douffou V est entouré de quelques notables et chefs de villages qui viennent de s’échanger leurs adresses parisiennes où certains vivent toujours, ou d’autres ont vécu longtemps avant de revenir en Côte d’Ivoire. La tour Eiffel miniature posée en évidence sur la table basse en verre n’est pas là par hasard. Car ici, dans ce salon, tous se sentent autant Français qu’Ivoirien.  « Les liens juridiques entre la France et le royaume du Sanwi existent encore », assurent-ils.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte