Top joueurs

CAN 2019 : Mbaye Niang, l’atout offensif du Sénégal

Mbaye Niang lors du Mondial 2018 en Russie.

Mbaye Niang lors du Mondial 2018 en Russie. © Gregorio Borgia/AP/Sipa

Auteur d’une belle saison avec Rennes, Mbaye Niang a incontestablement beaucoup progressé lors de son retour en France. L’attaquant des Lions de la Téranga sera l’un des principaux atouts d’Aliou Cissé pour la suite de la CAN.

Dimanche soir, le Sénégal a battu la Tanzanie au Caire (2-0), et personne n’a trouvé à y redire, tellement l’écart entre les deux équipes était important. D’ailleurs, les observateurs de ce match opposant un des favoris de la CAN à une sélection de retour sur la scène continentale après une éclipse de trente-neuf ans aurait dû se terminer sur un score nettement plus élevé.

Mais ce jour-là, Mbaye Niang (16 sélections, 4 buts) n’était pas dans la forme de sa vie et, à lui tout seul, a manqué au moins quatre occasions nettes. Un constat surprenant pour un joueur auteur de 11 buts et quatre passes décisives en Ligue 1 en 2018-2019, et qui a remporté la Coupe de France avec Rennes.

Bonne impression des derniers mois

Pour Lamine Ndiaye, l’ancien attaquant et sélectionneur du Sénégal, ce match manqué face aux Taifa Stars ne doit pas venir occulter la bonne impression laissée par Niang ces derniers mois. « Cela arrive à tous les buteurs de manquer des occasions. Il en a raté une très tôt, puis une deuxième, et il a sans doute commencé à douter. Bien sûr, il aurait dû marquer au moins un but, mais dans le jeu, il a tout de même eu de l’impact. Niang sera incontestablement l’un des atouts offensifs d’Aliou Cissé. Car c’est un attaquant plutôt adroit devant le but, qui va vite, est bon techniquement et dont l’apport dos au but est précieux », estime l’ex-coach du TP Mazembe.

Niang avait été prêté par le club italien de Torino lors du mercato estival 2018, et les performances du joueur ont incité les dirigeants bretons à lever l’option d’achat, fixée à 15 millions d’euros. « Son passage à Rennes lui a fait franchir un palier, c’est incontestable. Il a eu du temps de jeu, on lui a fait confiance, et cela a été bénéfique à tous les points de vue. C’est un joueur plus mature, plus à l’aise dans tout ce qu’il entreprend », poursuit Ndiaye.

Né en France, formé à Caen, Niang, cet ancien international français en moins de 17 et moins de 21 ans, a attendu presque quatre ans pour répondre favorablement à l’invitation du Sénégal.

Une progression qui profite au Sénégal

Son exil précoce au Milan AC en 2012, après une seule saison en Ligue 1, a pu parfois le desservir, comme le pense Ndiaye. « Partir très jeune, dans un championnat étranger et dans un club comme le Milan AC, c’est un pari forcément risqué, et cela a sans doute aussi eu des effets négatifs dans sa progression. »

Avant de signer à Rennes, Niang, a été prêté plusieurs fois par le club italien (à Montpellier, Genoa et Warford en Angleterre). Au Torino, il n’a jamais vraiment réussi à s’imposer. « Il a eu raison d’aller à Rennes, et Rennes a bien fait de l’acheter », termine Ndiaye. « Et tout cela profite également au Sénégal, qui dispose avec lui d’un attaquant plutôt complet. »

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte